Accueil‎ > ‎Christianisme‎ > ‎Bible‎ > ‎Attaque suicide dans la Bible‎ > ‎

Réponse à l'article "Samson le musulman" du site islamophobe islamajesus

mise à jour : 02/02/2010

Réponse à l'article "Samson le musulman" du site islamophobe islamajesus




Introduction


Le site internet islamophobe "islamajesus" a essayé de répondre à notre article suivant "Attaque suicide dans la Bible" ici : "Samson le musulman". Nous allons tout d'abord citer les parties intéressantes de son article (pour ne pas dire TOTALEMENT inintéressantes) et le réfuter complètement par les propres sources qu'il utilise. Notez que l'auteur en question n'a même pas compris le but de l'article sur l'attaque suicide dans la Bible. Nous lui raffraichirons la mémoire à la fin de cet article insha'Allah.

Réponse à l'article


L'auteur dit : "Nous répondons à cette interprétation de benêt que la prière de Samson n'aborde pas ses intentions suicidaires. Oussama al-Soudani ignore que le Samson "musulman" a connu un destin tragique et identique à son homologue biblique,"

Réponse :

Notez pour commencer que l'auteur reconnait de manière implicite les tendances suicidaires du Samson biblique. Pour confirmer son point de vue biblique et pour le justifier il cite des auteurs musulmans qui ont repris ce texte. Notez le paradoxe, il utilise les sources islamiques pour justifier sa Bible. On pourrait presque croire à une schizophrénie sélective.

Nous remercions l'auteur de nous avoir mâché le travail et nous allons "l'enterrer" d'après les propres sources qu'il utilise.


L'auteur cite :


Samson n’était pas un prophète mais il était croyant ; il demeurait dans une des villes de Roum et adorait Dieu. Sa mère avait fait un vœu et l’avait consacré à Dieu. Dieu lui avait donné tant de force que personne ne pouvait se rendre maître de lui ; et quand on le liait soit avec des cordes soit avec des chaines de fer, il les brisait : rien ne pouvait le tenir. Les habitants de cette ville étaient idolâtres. Samson avait une maison en dehors de la ville, à la distance d’une parasange. Il vint dans la ville et appela les habitants à Dieu ; mais ils ne crurent pas. Il leur fit la guerre à lui seul et l’arme avec laquelle il combattait était l’os du menton d’un chameau. Dieu fut sortir pour lui de l’ouverture de l’os une source dont il buvait à son gré. Dans tous les combats qu’il leur livre, il en tua un grand nombre, fit beaucoup de prisonniers et enleva des dépouilles considérables. Quelque ruse qu’ils employassent contre lui, ils ne pouvaient l’atteindre. Alors ils dirent : il faut l’atteindre par le moyen d’une femme. Ils offrirent de grandes richesses à sa femme qui était des leurs, afin qu’elle le liât et qu’elle les avertit ensuite ; et ils lui donnèrent une très forte et grosse corde. Lorsque Samson dormit, elle lia ses mains et son cou. Quand il se réveilla il déchira la corde. Il dit à sa femme : Pourquoi as-tu fais cela ? Elle répondit : Je t’ai éprouvé pour voir si c’est par ta force que tu résistes à ces hommes ou si c’est par leur faiblesse. Une autre nuit, les hommes lui apportèrent un collier d’airain, afin qu’elle attacha les mains de Samson à son cou. Samson secoua les mains et brisa la chaine. Il dit à sa femme : pourquoi as-tu fais cela ? Elle répondit : je t’ai éprouvé pour voir combien tu es fort ; maintenant je sais que nul homme dans le monde n’est plus fort que toi. Samson dit : il n’y a qu’une seule chose par laquelle je puisse être lié et dans laquelle je ne pourrai me remuer. La femme lui demanda ce que c’était mais il refusa de lui dire. Elle le pria tant qu’il dit : je ne puis être lié que par mes propres cheveux. Samson avait des cheveux si longs qu’ils trainaient à ses pieds. Quand il dormit cette femme lui attacha les mains et les pieds ensemble avec les cheveux, et s’en alla avertir les hommes de la ville. Ils arrivèrent et coupèrent les oreilles et le nez de Samson, lui crevèrent les yeux, et l’emmenèrent dans la ville, à la cour du roi, où ils le placèrent. La roi se trouva sur la terrasse et le regarda. Samson implora Dieu pour qu’il lui rendît sa force et tout ce que l’on avait coupé de son corps. Ensuite, il arracha la colonne de la terrasse du roi et la fît tomber. Tout ce peuple périt.
(La Chronique de Tabari, p. 289-290, trad. Hermann Zotemberg)


Samson et les autres prophètes de la tradition musulmane (y compris Mahomet) massacrent les gens refusant de croire en un Dieu => C'est là leur point commun. Le Samson musulman invoque le Seigneur de lui rendre ses forces; Dieu exauce sa prière. Puis il se suicide en arrachant une colonne et tout le peuple périt.

La fin de l'histoire est symétrique au compte rendu biblique.

Réponse :

Remarquez tout d'abord que l'auteur met Samson dans le lot des prophètes de l'Islam alors que le propre texte d'At-Tabarî qu'il cite le contredit formellement puisqu'il est écrit : "Samson n’était pas un prophète mais il était croyant". C'est dire à quel point l'auteur ne comprend même pas ce qu'il cite.

Il y a plusieurs mensonges dans ses commentaires, l'auteur nous dit et je le cite, que la fin de l'histoire est "symétrique au compte rendu biblique". Nous aimerions bien savoir où est-ce qu'il voit la symétrie avec le récit biblique alors que le Samson de At-Tabarî (et non musulman) ne meurt pas à la fin de l'histoire. Il s'est lui-même tiré une balle, non dans le pied, mais dans la tête.

Remettons les passages afin de l'enfoncer encore plus avec les propres textes qu'il cite.

La fin de Samson selon At-Tabarî (nous verrons plus tard quel crédit accorder à ce texte)
Samson implora Dieu pour qu’il lui rendît sa force et tout ce que l’on avait coupé de son corps. Ensuite, il arracha la colonne de la terrasse du roi et la fît tomber. Tout ce peuple périt.

La fin de Samson selon la Bible (Juges 16:30)
Samson dit: Que je meure avec les Philistins! Il se pencha fortement, et la maison tomba sur les princes et sur tout le peuple qui y était. Ceux qu'il fit périr à sa mort furent plus nombreux que ceux qu'il avait tués pendant sa vie


Voyez la contradiction entre les deux récits. At-Tabari ne rapporte même pas le fait que Samson se soit suicidé. Par contre la Bible, dictée par Yassou3 le dieu de l'auteur de ce pitoyable article le dit. Et il le dit d'autant plus que c'est lui qui autorise cet attentat terroriste.

De plus, l'auteur se contredit tout seul comme un grand il dit :

Puis il se suicide en arrachant une colonne et tout le peuple périt

Puis il dit plus loin sur la même page :

Ath-Tha’labî établit des suppositions dans sa version : Samson était chrétien, sa femme fut tuée durant l’éboulement de l’édifice mais Dieu le fit survivre pour lui donner la victoire sur ses ennemis.


C'est kif-kif bourricot avec notre auteur. Une contradiction en entrainant forcément une autre, même le texte d'At-Tabarî qu'il cite ne parle pas de la mort de Samson. Il semble difficile de conclure à une attaque suicide si le type s'en sort...

Non seulement d'être contradictoire avec lui même, le
 Menteur d'islamajesus nommé Amessan, a fait une allusion au fait que les prophètes de l'Islam massacraient ceux qui refusent de croire en Dieu. Ce qui est bien entendu totalement faux et nous le renvoyons au hadith très connu de Khalid Ibn Al-Walid (que Dieu l'agrée) et de la réaction du prophète (saws) quand il a apprit que Khalid avait tué des gens sans raison.

Déjà, du vivant du Messager de Dieu  il avait commis une grave erreur par son zèle à réprimer une tribu un peu trop récalcitrante à ses yeux. Pourtant, en lui confiant cette mission, l'Envoyé de Dieu lui avait dit : « Ô Khâlid Je t'envoie pour leur prêcher l'islam, non pour les combattre. » Mais la fougue et le zèle de Khâlid  l'amenèrent à commettre l'irréparable. 
En apprenant ce qu'il avait fait, le Messager de Dieu entra dans une grande colère et s'exclama : «Mon Dieu, je désavoue cet acte commis par Khâlid. »  Il fit payer ensuite le prix du sang aux familles des victimes.
Source : sajiddine

L'histoire est tellement connue qu'elle est cité dans toutes les Sîra. Notez que jusqu'ici, l'auteur a au moins menti 2 fois. Non seulement, les récits ne sont pas "symétriques" mais en plus de ça il prétend que Samson est un prophète de l'Islam.

Nous allons maintenant passer à l'analyse du récit d'At-Tabarî pour voir si son texte est authentique ou pas.

Analyse de la chaine de transmission

L'auteur de cet article ridicule nous a mâché le travail et il nous a rapporté la chaine de transmission. Il dit :

At-Tabarî a consigné la chaîne de transmission,
La chose suivante nous a été rapportée par Ibn Hamid qui a rapporté que Salama lui a rapporté sur l’autorité d’Ibn Ishâq sur l’autorité d’al-Mughîra ibn Abî Labîd sur l’autorité de Wahb ibn Munabbih al-Yamânî.


Nous ne savons pas d'où notre auteur a prit cette chaine de transmission, parce que dans la traduction qu'il utilise celle-ci n'apparait pas. Cependant, afin d'enfoncer le clou avec les propres citations qu'il utilise nous allons procéder à l'analyse de la chaine de transmission qu'il a daigné nous présenter.

D'après cette chaine de transmission, le premier rapporteur est Wahb Ibn Munabbih al-Yamânî. 

Comme nous le voyons, et c'est dommage pour notre auteur, Wahb Ibn Munabbih est connu pour avoir rapporté des tonnes d'Israiliyât, c'est-à-dire des récits israélites. En Islam, les récits israélites n'ont absolument AUCUNE VALEUR et la chose est connue de tous les savants.


Si les israélismes étaient explicitement attribués à Ka`b Al-Ahbâr, à Wahb Ibn Munabbih, à `Abd Allâh Ibn Salâm et leurs semblables,cela indiquerait que ces récits faisaient partie des connaissances qu’ils avaient reçues de leurs Livres et de leurs chefs religieux avant d’embrasser l’islam et qu’ils avaient continué à narrer après avoir embrassé l’islam, c’est-à-dire qu’ils ne les tenaient pas du Prophète ni des Compagnons. Autrement dit, une telle attribution permettrait d’identifier la source de ces récits et de savoir que la transmission islamique en est innocente.
Source : Islamophile


Comme il est rapporté, Wahb Ibn Munabbih avait l'habitude de rapporter les récits qu'il connaissait d'après la Bible car c'était un Juif converti. Il n'est donc pas étonnant que le récit qu'il rapporte sur Samson soit en certain point identique à celui qui est cité dans la Bible (en admettant la chaine de transmission que l'auteur de l'article nous rapporte).

Nous invitons l'auteur à lire l'article du site Islamophile sur "La dangerosité de l’attribution des israélismes au Prophète" du sheikh Mohammad Abû Shahbah.

Le deuxième point que nous voulons soulever est le fait que la chaine de transmission s'arrête à Wahb Ibn Munabbih et ne remonte donc pas au prophète (saws).

Notez ici que c'est l'histoire du serpent qui se mord la queue si je puis me permettre l'expression... Le récit qu'il fait passer pour un récit islamique n'est rien d'autre qu'un texte issu de son propre livre : la Bible... Il n'y a donc pas de Samson "musulman" mais il n'y a qu'un seul Samson et il est biblique ! 

Dans la même chaine de transmission que notre ami rapporte, il y a ibn Ishâq qui est traité de menteur par l'Imâm Malik, fondateur de la première école de jurisprudence islamique. En d'autres termes, sa chaine de transmission ne vaut strictement rien parce :

1 - qu'elle est rapportée par un Juif converti qui avait l'habitude de rapporter les récits de ses anciens chefs religieux juifs ;
2 - qu'elle ne remonte pas au prophète (saws) ;
3 - parce qu'il s'y trouve Ibn Ishâq qui est très controversé.

L'auteur de l'article continue et dit :

Ath-Tha’labî dit,

Dieu a dit : « Nous l'avons certes, fait descendre (le Coran) pendant la nuit d'Al-Qadr. Et qui te dira ce qu'est la nuit d'Al-Qadr ? La nuit d'Al-Qadr est meilleure que mille mois. » (Coran 97.1-3)

Abû Amr al- Irâqî nous a rapporté d’après sa chaîne de transmission sur l’autorité d’Ibn Abî Najîh que le Prophète a cité un homme parmi les enfants d’Israël qui avait porté les armes dans le sentier de Dieu durant mille mois. Les musulmans ont été très surpris de cela, alors Dieu a révélé : « Nous l'avons certes, fait descendre (le Coran) pendant la nuit d'Al-Qadr. Et qui te dira ce qu'est la nuit d'Al-Qadr ? La nuit d'Al-Qadr est meilleure que mille mois » pendant lesquels cet homme avait porté les armes dans le sentier de Dieu.

‘Abd Allah al-Dabba nous a rapporté, d’après sa chaîne de transmission, sur l’autorité de Wahb ibn Munabbih que Samson, que Dieu a guidé à cause de sa droiture, était originaire d’une ville romaine dont les habitants étaient idolâtres. Son histoire et la leurs a été rapportée d’après ce qui m’a été rapporté par Ibn Hamîd qui a rapporté d’après Salama sur l’autorité d’Ibn Ishâq sur l’autorité d’al-Mughîra ibn Labîd sur l’autorité de Wahb ibn Munabbih al-Yamânî.


Le savant identifie le jihadiste israëlite à Samson.


Réponse :

La mauvaise foi évidente est patente dans le texte de l'auteur, mais comme nous nous sommes fixés comme objectif de l'enterrer d'après les propres sources qu'il utilise sans rien changer nous allons lui répondre.

Où est-ce que dans tout le texte qu'il rapporte, le prophète (saws) a identifié le fameux israélite à Samson ? C'est l'exégète qui sous-entend cela d'après le récit de Wahb Ibn Munabbih le Juif converti et pas le prophète (saws). En tout état de cause, il ne s'agit pas d'un "jihadiste" israélite mais d'un "khéremiste" israélite.

Et le document du Vatican de poursuivre : "Le jihâd n'est aucunement le kherem biblique, il ne tend pas à l'extermination, mais à étendre à de nouvelles contrées les droits de Dieu et des hommes." — "Les violences passées du jihâd suivaient en général les lois de la guerre ;et du temps des Croisades ce ne furent pas toujours les musulmans qui perpétrèrent les plus grandes tueries."

Maurice Bucaille, La Bible, Le Coran et La Science


Il semblerait que notre ami est non seulement anachronique en parlant de Jihad, mais il a également oublié de rappeler que le Samson biblique s'est comporté en adéquation avec les ordres de son Dieu qui n'est d'autre que Yassou3-Amour.

Dans sa mauvaise foi, l'auteur continu :

Nous trouvons de même dans l’œuvre d’al-Wahidi an-Naisabûrî,

« Nous l’avons certes fait descendre (le Coran) pendant la nuit d’al-Qadr. Et qui te dira ce qu’est la nuit d’al-Qadr ? La nuit d’al-Qadr est meilleure que mille mois. » [v. 1, 2, 3]

864-Abu Bakr at-Tamîmî a cité que Mujahed avait dit : « Le Messager d’Allah [nous] a parlé d’un homme des Beni Israël qui avait porté les armes dans le sentier d’Allah durant mille mois, ce qui suscita l’étonnement des musulmans. Alors fit descendre : Nous l’avons certes fait descendre (le Coran) pendant la nuit d’al-Qadr. Et qui te dira ce qu’est la nuit d’al-Qadr ?
La nuit d’al-Qadr est meilleure que mille mois. » [v. 1, 2, 3] c. à. d. Cette nuit est meilleure de ces milles mois pendant lesquels cet homme-là avait porté les armes. (Les causes de la révélation du saint Coran, al-Wahidi an-Naisabûrî, p.514, trad. Mohammad Ismaïl révisé par Fadi Mohammad Hassan)



Ath-Tha’labî établit des suppositions dans sa version : Samson était chrétien, sa femme fut tuée durant l’éboulement de l’édifice mais Dieu le fit survivre pour lui donner la victoire sur ses ennemis.

At-Tabarî et ath-Ta’labî sont en contradiction sur la date du récit. At-Tabarî la situe avant l’histoire de saint George le martyr chrétien du quatrième siècle tandis qu’ath-Tha’labî la localise après saint George et avant les chrétiens martyrs de Najran (Coran 85.4-7).

Réponse :

Notez que l'auteur est totalement contradictoire puisqu'il nous cite un récit du prophète (saws) qui parle d'un ISRAELITE, et ici il nous dit que selon Ath-Tha'labi, Samson était CHRÉTIEN. Bien entendu, il y a des fils qui se touchent ici, notre propre ami s'est confondu tout seul comme un grand.

Nous lui reposerons la même question que précédemment, où est-ce que dans son joli texte qu'il a daigné nous recopier, il est marqué que le prophète (saws) identifiait l'Israélite au Chrétien Samson d'Ath-Tha'labî ? 

Notez que les deux auteurs, At-Tabarî et Ath-Tha'labî placeraient ce récit après l'avènement du christianisme. Sachant qu'il se sont basés sur les dires d'Ibn Munabbih, un Juif converti rappelons-le, cela veut tout simplement dire que nous sommes en présence d'un rapport qui contredit la Bible des chrétiens et que les Juifs de l'époque ne disposaient même pas du même texte que ceux d'aujourd'hui. 
Ce qui est très catastrophique pour la crédibilité de la Bible car, au moins dans ce cas précis, il y a une chaine de transmission, alors que dans la Bible il n'y en a pas !

L'auteur, toujours dans sa mauvaise foi habituelle continu :

C’est une accusation mensongère contre at-Tabarî colportée par les négateurs profanes de l’histoire des prophètes musulmans.
La chronique d’at-Tabarî est similaire aux autres ouvrages d’histoires islamiques et biographiques du prophète (pour le savoir il faut les lire !). Sa source est purement la sounna.
Les histoires des prophètes s’illustrent autant dans les exégèses quraniques.

Réponse :

Ne sachant plus quoi dire, il met au même degré d'authenticité les récits israélites rapportés dans les ouvrages islamiques et les récits prophétiques. Pourtant le BABA de la science islamique repose sur la distinction des récits prophétiques authentiques des récits israélites. L'article que nous avons précédemment cité du site Islamophile fera un très bon cours pour notre auteur.
Notre auteur ment en soulignant le fait que la chronique d'At-Tabari est semblable aux autres ouvrages islamiques et aux autres Sira. Non seulement la chronique d'At-Tabarî n'est pas semblable aux Sira d'Ibn Kathir (en fait contenue dans Al-Bidaya Wal-Nihaya), de Muhammad Al-Ghazâlî, d'Al-Mubarakfawrî, de Tariq Ramadan, de Hamidullah ou d'autres encore bien plus célèbres mais en plus, pour paraphraser notre ami : "Pour le savoir il faut les lire!".
Quant notre auteur raconte que la source d'At-Tabarî est purement la Sunna, il commet encore un autre mensonge, car lui-même nous rapporte une chaine de transmission utilisée par At-Tabarî qui ne remonte pas au prophète (saws). Il semble vraiment ridicule de prendre pour Sunna ce qui ne remonte pas au prophète (saws). Peut être que notre ami ne sait même pas ce que le terme Sunna veut dire.


Notre auteur conclu de cette manière :


Finalement, nous l’avons vu, le conte du Samson musulman a été rapporté par Mahomet à ses disciples. Suite à cela les versets 1, 2 et 3 de la sourate 97 ont été révélés. Mahomet est à l’origine de cette fiction. Mes sources émanent de l’article “The Muslim Samson: medieval, modern and scholarly interpretations” d’Andrew Rippin, Bulletin of School of Oriental and African Studies 2008 =>
http://journals.cambridge.org/action/displayFulltext?type=1&fid=1908088&jid=BSO&volumeId=71&issueId=02&aid=1908084


Réponse :

Non seulement l'auteur n'a pas pu nous montrer un seul récit remontant au prophète (saws), mais en plus de cela il a failli à prouver que ce récit est islamique. Il apparait que le récit n'est qu'une simple transposition des récits israélites (donc contenue dans la Bible de notre ami).

Il aura beau essayer de faire passer ce texte pour un récit islamique, il n'y arrivera jamais. Ce texte qui est cité dans les ouvrages islamiques est en fait tiré de sa propre Bible ! C'est le serpent qui se mord la queue.

Rappel de l'objectif de l'article sur "l'attaque suicide dans la Bible"


Ce qui est dommage avec notre auteur c'est qu'il ne comprend même pas la finalité des articles que nous écrivons. Nous allons donc lui rappeler à ses bons souvenirs : en tant que chrétien, il croit que Jésus (ou Yasssou3) est Dieu Tout-Puissant. Il croit également, toujours en tant que bon chrétien qu'il est, que Yassou3 est un dieu d'AMOUR (Al-Mahabba). 

Or le lecteur constatera que notre ami n'a pas une seule fois nié l'ATTENTAT TERRORISTE commis par le Samson (bien biblique) suite au feu vert de YASSOU3-AMOUR.

Comment est-ce que Yassou3-AMOUR peut-il autoriser/cautionner/légitimer UNE ATTAQUE TERRORISTE ? 

Si notre ami ne comprend pas le paradoxe énorme entre l'amour et le meurtre de civils innnocents, alors nous ajouterons la question suivante :

L'AMOUR se manifeste-t-il dans les attaques terroristes ?


Si après tout cela, notre ami ne comprend toujours, voilà un schéma qui devrait l'aider à comprendre d'où vient le HIC :




Conclusion


Rappelons les faits importants :

Point n°1 : Le texte d'At-Tabarî n'est même pas identique au texte biblique, puisque Samson ne meurt pas à la fin 
Point n°2 : Samson n'est pas un prophète de l'Islam contrairement à ce que raconte l'auteur 
Point n°3 : Le texte d'At-Tabarî diverge à plusieurs reprises du récit biblique (époque, faits, etc.) 
Point n°4 : Comment réussi-t-il l'exploit de nous expliquer dans un même paragraphe que le prophète (saws) a parlé d'un israélite et que par conséquent le prophète Muhammad (saws) l'a identifié au chrétien Samson !
Point n°5 : Comme le dit et le reconnait l'auteur, les textes islamiques divergent sur la question 
Point n°6 : Ces récits remontent de toute façon à Wahb Ibn Munabbih qui est un Juif converti et qui est très connu pour avoir rapporté des récits tirés de la Bible et il n'est donc pas authentique sur ce point là 
Point n°7 : Vu que le texte cité dans les ouvrages islamiques est tout simplement tiré de la Bible, on en revient au point de départ : le récit est biblique et non islamique, il n'y a donc pas de Samson "musulman" mais il y en a un seul qui est "biblique" 
Point n°8 : Pour lever l'anachronisme flagrant de notre auteur, Samson n'est pas un "djihadiste" israélite, mais un khéremiste bibliste qui a suivi les ordres de Yassou3-AMOUR


Voilà comment on fait frire un poisson dans sa propre graisse !





Comments