Accueil‎ > ‎Christianisme‎ > ‎Bible‎ > ‎

L’Ancien Testament est falsifié selon Justin le Martyr !

L’Ancien Testament est falsifié selon Justin le Martyr !

Collectif Sahab-ed-Dine

Création : 20/03/2011

Modification : 22/03/2011





Apportons une preuve historique de plus que la Bible fut falsifiée. Justin le Martyr (né entre 100 et 114 et mort à Rome entre 162 et 168), qui fut un Père de l'Église, témoigne dans un écrit qui nous est resté, que l’Ancien Testament fut corrompu à plusieurs reprises. Il s’agit de son livre “Dialogue avec Tryphon”. Ce livre est un échange entre un juif et un chrétien (Justin en l'occurrence) dans lequel, d’ailleurs, Justin corrige ce juif sur son égarement.


Remarque : La plupart des exégètes critiques de nos jours, disent qu’il s’agit plutôt d’une histoire inventée par Justin pour se faire un monologue constructif, afin de montrer les preuves qu’il avance à ses lecteurs. Nous ne rentrerons pas dans ce débat, mais nous allons rapporter ce qu’il dit à propos de la falsification des Écritures.





“DIALOGUE DE SAINT JUSTIN AVEC LE JUIF TRYPHON” (Chapitre 71 à 73)






LXXI.


1 M'en rapporterai-je à vos docteurs, qui prétendent que les soixante-dix vieillards réunis chez Ptolémée, roi d'Egypte, n'entendaient pas les divines Écritures, et qui refusent d'admettre leur interprétation pour nous donner la leur.


2 Je ne veux pas vous laisser ignorer que ces docteurs ont retranché de la version faite avec tant de soin par les soixante-dix vieillards chez Ptolémée une foule de passages qui attestent que les divins oracles avaient annoncé que ce Jésus mis en croix était Dieu, était homme ; qu'il serait crucifié, qu'on le ferait mourir. Comme je sais que tous les vôtres refusent d'admettre ces passages, je crois inutile de m'y arrêter. Je m'attache de préférence à ceux que vous ne contestez pas; car vous avez reconnu tous ceux que j'ai cités.


3 Vous n'avez élevé de difficulté que sur le mot vierge de cette prophétie :


« Voilà qu'une vierge concevra, etc. »


Vous prétendez qu'on doit dire :


« Voilà qu'une jeune fille. »


Je vous ai promis de vous prouver que cette prophétie doit s'entendre non d'Ezéchias, comme vous l'avancez, mais uniquement de notre Christ, et c'est aussi cette preuve que je vais vous donner.


4Mais avant, me dit Tryphon, citez-nous donc, nous vous en prions, quelques-uns des passages retranchés, dites-vous, par nos docteurs.


LXXII.


1 — Vous le désirez, lui répondis-je, je vais vous satisfaire.  De l'endroit où Esdras parle de la loi portée sur la pâque, ils ont retranché ces mots :


« Et Esdras dit au peuple : Cette pâque, c'est notre Sauveur et notre refuge. SI vous saviez, s'il entrait dans votre esprit qu'il arrivera que nous l'humilierons par la croix? Si du moins dans la suite nous espérions en lui, ce lieu ne serait pas désolé pour toujours, nous dit le Dieu des vertus. Mais si vous ne croyez pas à sa parole, si vous ne l'écoutez pas lorsqu'elle vous sera annoncée, vous serez le jouet des nations. »


2 De Jérémie, ils ont supprimé ces mots : Je suis comme un agneau que l'on porte au lieu du sacrifice. Voici ce qu'ils méditaient contre moi, ils disaient : « Venez, donnons-lui du bois au lieu de pain. Retranchons-le de la terre des vivants, et que son nom s'efface à jamais. »


3 Ce passage se lit encore dans quelques-uns des exemplaires conservés par vos synagogues ; car il n'y a pas longtemps qu'il a été retranché.


Quand on prouve aux Juifs, d'après ce passage, que leur projet était de crucifier le Christ et de le faire mourir; quand on leur montre d'ailleurs l'identité de ce même passage avec celui d'Isaïe, qui nous présente le Messie conduit à la mort comme une brebis, ils se trouvent dans un étrange embarras et vous les voyez recourir aux injures et aux blasphèmes.


4 N'oublions pas cet autre endroit de Jérémie qu'ils ont également supprimé :


« Le Seigneur Dieu s'est souvenu de ses morts d'Israël, qui sont endormis dans la terre des tombeaux, et il est descendu vers eux pour leur évangéliser son salut. »


LXXIII.


1 Du quatre-vingt-quinzième psaume de David, ils ont fait disparaître ces deux mots : « par le bois. »


Le texte portait :


« Dites aux nations : Le Seigneur a régné par le bois. »


Ils ont laissé :


« Dites aux nations : Le Seigneur a régné. »


(...)




Pour Justin, qui se sert de la version des deptantes (LXX), il est clair que la version hébraïque est corrompue. Le problème qui se pose est que de nos jours ni la version des LXX ni le texte Massorétique ne contiennent ces mots (sic !).

Comment est-ce possible ?


Soit Justin se basait sur des versions de la Septante qui étaient interpolées et accusait les juifs pour rien, soit les juifs ont bien supprimé ces passages, mais les chrétiens par la suite aussi dans leurs versions.

De nos jours, ces passages n’existent pas, la Bible est donc falsifiée quelque part que ce soit maintenant où auparavant. Merci Justin pour ce témoignage grandiose de la corruption textuelle biblique.

Wa Allahou a’lam - Et Dieu Sait Mieux ce qu’il en est !
Comments