Multimédia

Débats inter-religieux

Abonnements

Visiteurs

Accueil‎ > ‎Christianisme‎ > ‎Bible‎ > ‎

Les chrétiens sont-ils capables de falsifier la Bible pour diviniser Jésus ?

Les chrétiens sont-ils capables de falsifier la Bible pour diviniser Jésus ?
Islampaix & Karim





Les chrétiens prétendent être des gens sincères qui ne peuvent en aucun cas falsifier leur livre. Lorsque des musulmans disent aux chrétiens que leur Bible n'est pas la parole de Dieu, mais qu'elle a été falsifié, ils objectent en affirmant qu'aucun chrétien ne pourrait changer un seul mot de la Bible, car comment un croyant pourra t-il le faire sans craindre d'être châtié par Dieu?

Ainsi, une des objections des chrétiens quant à la falsification de la Bible repose sur le fait que ces derniers sont des gens pieux qui ne sont pas capables de falsifier intentionnellement la Bible .

Cet article a pour but de montrer que les premiers chrétiens, qui devaient être les plus pieux, ont été capable et ont eu le cran de modifier plusieurs passages de la Bible afin de diviniser Jésus et de faire en sorte que rien ne lui ôte son statut divin.

Regardons quelques exemples : 


Matthieu 24.36
Pour ce qui est du jour et de l'heure, personne ne le sait, ni les anges des cieux, ni le Fils, mais le Père seul.

Dans ce verset, les mots "ni le fils" impliquent que Jésus ne peut pas être Dieu, c'est la raison pour laquelle ils sont absents de plusieurs manuscrits.

La Bible du Semeur : 
L'expression ni même le Fils ne se trouve pas dans certains manuscrits. La Bible du Semeur sur Matthieu 24.36.


La Bible Annotée : 
La plupart des critiques admettent dans notre texte les mots: ni le Fils, qui se lisent dans Sin., B, D, l'Itala et quelques Pères. Cette expression, par laquelle le Fils s'exclut lui-même de la connaissance du jour et de l'heure du jugement dernier, se trouve incontestée dans Marc. {#Mr 13:32, voir la note.} On objecte à son authenticité dans Matthieu, qu'elle aurait été ajoutée pour rendre le texte de celui-ci conforme au texte de Marc, mais on peut supposer avec autant de vraisemblance, qu'elle a été retranchée dans un intérêt dogmatique, il faut 
reconnaître du reste que l'idée se trouve implicitement dans ces termes: le Père seul. Bible Annotée sur Matthieu 24.36.


La Bible de Jérusalem : 
k) Om (Vulg.) : "ni le Fils", sans doute par scrupule théologique. Notes de la Bible de Jérusalem sur Matthieu 24.36, page 1720.


On trouve aujourd'hui plusieurs traductions de la Bible qui ne contiennent plus les mots "ni le Fils" tel que la Bible Crampon, Darby, Epée, Fillion, Genève, Lammenais, Martin, Olivetan, Ostervald, Saci, Vulgate de Jérôme.



Marc 1.1
Commencement de l'Evangile de Jésus–Christ, Fils de Dieu.

Les mots "fils de Dieu" sont absent des plus anciens manuscrits Codex Sinaïticus (première main), Vaticanus et Bezae. Ni le Texte critique de Westcott & Hort ni celui de Tischendorf n'ont retenu ces mots dans leurs textes respectifs. Comme le souligne Bart Erhmann, il est impossible qu'un scribe eut une erreur d'inatention ou de fatigue sur le premier verset du texte qu'il copia. Il s'agit d'une interpolation évidente. Dans le Codex Sinaïticus, nous pouvons même voir un scribe de seconde main qui ajoute les mots "le Fils de Dieu" dans ce verset. Nous pouvons signaler aussi qu'à l'époque d'Origène du moins à Césarée, l'ajout n'existait pas comme cela est attesté dans son "Contre Celse II, 13".


La Bible Annotée : 
Tischendorf omet ces mots Fils de Dieu, d'après Sin. Irénée, Origène, etc.; mais comme ils se lisent dans tous les autres manuscrits et toutes les versions anciennes, il faut les conserver. Bible Annotée sur Marc 1.1


La Bible du Semeur : 
L'expression le Fils de Dieu est absente de certains manuscrits. Bible du Semeur sur Marc 1.1



Marc 3.11
Les esprits impurs, quand ils le voyaient, se prosternaient devant lui, et s'écriaient: Tu es le Fils de Dieu.

Le Manuscrit MS 69 contient une interpolation magistrale. Au lieu de lire "Tu es le Fils de Dieu", ce manuscrit explicite cette version plutôt "Tu es Dieu, le Fils de Dieu" .(VoirDidier Fontaine, "le Nom Divin dans le Nouveau Testament", editions l'Harmattan 2007, p.274)




Luc 8.28
Ayant vu Jésus, il poussa un cri, se jeta  à ses pieds, et dit d'une voix forte: Qu'y a–t–il entre moi et toi, Jésus, Fils du Dieu Très–Haut? Je t'en supplie, ne me tourmente pas.


Certains manuscrits ont "Que me veux tu, Jésus, Dieu Très Haut" à la place de "Que me veux tu, Jésus, Fils du Dieu Très Haut". (Voir Bart D. Erhmann, "the Orthodoxe Corruption")



Luc 8.39
Retourne dans ta maison, et raconte tout ce que Dieu t'a fait. Il s'en alla, et publia par toute la ville tout ce que Jésus avait fait pour lui.


Ce verset contient plusieurs variantes différentes car il à deux points importants. Le verset biblique dit "Retourne dans ta maison et raconte tout ce que Dieu (1) a fait pour toi. Et l'homme s'en alla, proclamant par toute la ville tout ce que Jésus (2) avait fait pour lui." Pour le point 1 des variantes existent dans les manuscrits: "Dieu, Seigneur et Jésus". Pour le point 2, il y a aussi plusieurs versions existantes: "Jésus et Dieu". Les scribes ont confondus parfois entre les unes et les autres possibilités. Ils n'ont pas compris que Dieu avait guérit cet homme par l'entremise de Jésus (as) et que l'homme, lui, raconta ce que Jésus(as) avait fait pour lui. La confusion a pu se faire facilement, ce qui a donné une grosse tromperie que Jésus (as) serait Dieu. (Voir Bart D. Erhmann, "the Orthodoxe Corruption")



Luc 9.20
Et vous, leur demanda–t–il, qui dites–vous que je suis? Pierre répondit: Le Christ de Dieu.

Des manuscrits portent l'expresion "Et vous, qui dites vous que je suis ? Pierre, prenant la parole répondit :"Le Christ, Dieu" tandis que la version qui se retrouve dans la Bible est qui est largement attestée est la suivante : "Et vous, qui dites vous que je suis ? Pierre, prenant la parole répondit :"Le Christ de Dieu". Le particule qui change pose un problème théologique. (Bart D. Erhmann, "the Orthodoxe Corruption")




Luc 20.42
David lui–même dit dans le livre des Psaumes: Le Seigneur a dit à mon Seigneur: Assieds–toi à ma droite, 

Le Diatessaron perse de Tatien contient aussi une bavure. Le texte des Psaumes 110 reprit par Luc dit "le Seigneur dit à mon seigneur", tandis que le texte de Tatien contient "Dieu à dit à mon Dieu" pour montrer la divinité du Christ (as). (Voir Didier Fontaine, "le Nom Divin dans le Nouveau Testament", editions l'Harmattan 2007, p.274)




Luc 22
40 Lorsqu'il fut arrivé dans ce lieu, il leur dit: Priez, afin que vous ne tombiez pas en tentation.
41 Puis il s'éloigna d'eux à la distance d'environ un jet de pierre, et, s'étant mis à genoux, il pria,
42 disant: Père, si tu voulais éloigner de moi cette coupe! Toutefois, que ma volonté ne se fasse pas, mais la tienne.
43 Alors un ange lui apparut du ciel, pour le fortifier.
44 Etant en agonie, il priait plus instamment, et sa sueur devint comme des grumeaux de sang, qui tombaient à terre.

Ce verset est inapplicable à une personne qui croit que Jésus est Dieu, car il est décrit d'une façon si humiliante qu'il a été supprimé de plusieurs manuscrits.

ACEBAC : 
Ce verset montre tellement que l'obéissance de Jésus a été déchirante, que certains manuscrits anciens l'ont supprimé (de même que le verset précédent), jugeant que cela n'était pas compatible avec la foi au Fils de Dieu. En fait, c'est jusque dans le plus pénible de nos combats, celui que nous livrerons tous contre la mort, que Jésus a été semblable à nous. Commentaires de l'ACEBAC sur Luc 22.44


La Bible de Jérusalem :
Bien qu'omis par quelques bon témoins, les vv. 43-44 sont à maintenir. Attestés dès le IIe siècle par de nombreux témoins, ils présentent le style et la manière de Luc. Leur omission s'explique par le souci d'éviter un abaissement de Jésus jugé trop humain. Notes de la Bible de Jérusalem sur Luc 22.44.


La TOB : 
Plusieurs témoins anciens de grande valeur omettent les vv. 43-44, sans doute parce qu'ils les jugent incompatibles avec la divinité de Jésus. Notes de la Traduction Oecuménique de la Bible sur Luc 22.44.



Jean 1.18
Personne n'a jamais vu Dieu; le Fils unique, qui est dans le sein du Père, est celui qui l'a fait connaître.

Dans certains manuscrits, le mot Dieu est utilisé pour Jésus : 

La Bible Annotée :
-Sin., B, C portent: "le Dieu Fils unique qui est dans le sein du Père." Cette variante a donné lieu à de savantes discussions, desquelles il résulte que les deux leçons existaient déjà au deuxième siècle. La leçon: le Dieu Fils unique, est attestée par les Pères alexandrins à peu près exclusivement. Elle ne trouve son analogue dans aucun texte du Nouveau Testament. Bible Annotée sur Jean 1.18.


La Bible de Jérusalem : 
i) - Var. : "un Dieu Unique-Engendré". Notes de la Bible de Jérusalem sur Jean 1.18, page 1818.


Les traductions de la Bible Lienart, Pirot Clamer et la TOB ajoutent le mot "Dieu" en référence à Jésus.


Jean 1.34 
Et j'ai vu, et j'ai rendu témoignage qu'il est le Fils de Dieu.

Il existe une variante qui change le mot "Fils" en "Elu" : 

La Bible Annotée :

La variante du Sin. et de deux versions syr.: "l'Elu de Dieu," rend plus évidente encore la relation de ce témoignage de Jean avec la scène du baptême. Bible Annotée sur Jean 1.34.


Les Bible de Jérusalem, Lienart ACEBAC et Pirot Clamer ont le mot "Elu" à la place de "Fils".



Jean 6
68 Simon Pierre lui répondit: Seigneur, à qui irions-nous? Tu as les paroles de la vie éternelle.
69 Et nous avons cru et nous avons connu que tu es le Christ, le Saint de Dieu.


D'autres manuscrits ont les mots "Fils de Dieu".


La Bible Annotée :
-Selon le texte reçu, Pierre aurait dit: "Tu es le Christ, le Fils du Dieu vivant." Ces mots, empruntés à #Mt 16:16, ont été introduits ici dans l'intention bénévole de mettre en harmonie les deux récits. Selon le vrai texte (Sin., B, C, D), ces titres du Sauveur sont tous résumés dans celui-ci: le Saint de Dieu, "Celui que le Père a sanctifié et envoyé dans le monde," {#Jn 10:36} l'ayant "marqué de son sceau." {#Jn 6:27, comp. #1Jn 2:20 Mr 1:24 Lu 5:8}. Bible Annotée sur Jean 6.69.

Les Bibles de l'Epée, Fillion, Genève, Rois James, Lammenais, Martin, Ostervald, et Saci ont "Fils de Dieu. Tandis que les Bibles Annotée, ACEBAC, Crampon, Darby, Jérusalem, Lienart, TOB, Clamer ont "Saint de Dieu".




Jean 9.35
Jésus apprit qu'ils l'avaient chassé; et, l'ayant rencontré, il lui dit: Crois–tu au Fils de Dieu?


Plusieurs manuscrits ont les mots "Fils de l'homme" et non pas "Fils de Dieu".

La Bible Annotée : 
-Sin., B, D et une ou deux versions portent: Fils de l'homme au lieu de Fils de Dieu. Bible Annotée sur Jean 9.35


Les traductions de la Bible Annote, ACEBAC, Chouraqui, Crampon, Jérusalem, Lienart, TOB et Pirot Clamer ont les mots "Fils de l'homme". A l'inverse, les traductions de la Bible Darby, Epée, Fillion, Genève, Rois James, Lammenais, Martin, Ostervald et Saci ont les mots "Fils de Dieu".


Actes 8.37
Philippe dit: Si tu crois de tout ton coeur, cela est possible. L'eunuque répondit: Je crois que Jésus-Christ est le Fils de Dieu.

Ce verset est absent de plusieurs manuscrits : 

La Bible Annotée : 

Le texte reçu porte #Ac 8:37 ainsi conçu: Or, Philippe dit: Si tu crois de tout ton coeur, cela est permis (var. tu seras sauvé). Et répondant, il dit: Je crois que Jésus-Christ est le Fils de Dieu. Ce verset manque dans Sin., B, A, C, etc., dans la plupart des versions et des Pères. En outre, là où il se trouve, c'est avec diverses variantes, ce qui est souvent un signe d'inauthenticité. Cette profession de foi, en termes précis, exigée avant le baptême, n'est point dans l'esprit de l'âge apostolique. Elle a été ajoutée plus tard par des correcteurs qui s'étonnaient de la facilité avec laquelle Philippe avait administré ce baptême. Bible Annotée sur Actes 8.37.


La Bible du Semeur :
Le verset 37 est absent de plusieurs manuscrits. Notes de la Bible du Semeur sur Actes 8.37.


La Bible de Jérusalem :
Le v. 37 est une glose très ancienne conservée dans le texte occ. et qui s'inspire de la liturgie baptismale…Notes de la Bible de Jérusalem sur Actes 8.37.


La TOB :
Le verset 37 est surtout attesté par des témoins « occidentaux » (dès le IIè siècle). Notes de la Traduction Oecuménique de la Bible sur Actes 8.37.





Actes 20.28
Prenez donc garde à vous–mêmes, et à tout le troupeau sur lequel le Saint–Esprit vous a établis évêques, pour paître l'Eglise du Seigneur, qu'il s'est acquise par son propre sang.

Ce verset contient plusieurs modification, sur le fait que le mot "Seigneur" soit modifié par "Dieu", et surtout sur le fait de savoir si on parle du sang de Dieu ou de son fils.


La Bible Annotée : 
-Ici se présente l'une des variantes les plus célèbres de tout le Nouveau Testament. Le texte reçu dit: l'Eglise de Dieu. Cette leçon a pour elle les deux plus anciens manuscrits, celui du Vatican et celui du Sinaï, onze minusc., plusieurs versions et plusieurs Pères de l'Eglise. Bengel, qui admet cette variante, fait aussi observer que Paul n'écrit jamais l'Eglise du Seigneur, mais toujours (onze fois) l'Eglise de Dieu. Ce texte est adopté par Westcott et Mort, Weiss, Nestle. D'autre part, A, C, D et un autre majusc., quatorze minusc., plusieurs versions orientales et de nombreux Pères portent l'Eglise du Seigneur, leçon admise par les critiques modernes Griesbach, Lachmann, Tischendorf, Blass. Enfin, quatre majusc. et une centaine de minusc. ont réuni les deux termes: du Seigneur et de Dieu, ce qui paraît n'être qu'une correction. -Nous nous décidons en faveur du terme: l'Eglise du Seigneur, dans la conviction que l'apôtre Paul n'aurait jamais employé cette expression: le sang de Dieu, qui n'est assurément pas biblique, ni appliqué le titre de Dieu à Jésus-Christ dans un passage où il insiste sur son sacrifice sanglant. La version de Pau-Vevey porte: "l'assemblée de Dieu, laquelle il a acquise par le sang de son propre [fils]." Westcott et Hort émettent également la conjecture que le mot fils se trouvait à la fin de la phrase et a été omis parce que ses trois dernières lettres sont les mêmes, en grec, que les trois dernières de l'adjectif propre qui le précède. 
Bible Annotée sur Actes 20.28.



Edouard Bardes : 
Une autre expression réclame aussi notre attention. Paul presse ses collègues de paître l'Eglise de Dieu qu'il s'est acquise par son propre sang. Telle est du moins la leçon de a et de B: ekklhsian tou yeo~u. A, C, D, E lisent ekklhsian tou kuriou.. L'usage ordinaire de Paul dans ses épîtres étant d'écrire ekklhsian tou yeou, des copistes ont pu être tentés de reproduire ici sa formule habituelleD'autre part, le tou kuriou ne serait-il pas une correction dogmatique, destinée à faire disparaître de notre verset cette affirmation en apparence choquante: «Dieu s'est acquis l'Eglise par son propre sang?» Expression bien hardie, en effet. Il est curieux de la voir apparaître dans le manuscrit le plus rapproché par sa date du concile de Nicée. Commentaire de Edouard Barde Actes 20.28.





Galates 2,20:

J'ai été crucifié avec Christ; et si je vis, ce n'est plus moi qui vis, c'est Christ qui vit en moi; si je vis maintenant dans la chair, je vis dans la foi au Fils de Dieu, qui m'a aimé et qui s'est livré lui-même pour moi. 

 

Des témoins très importants (P45, Codex Vaticanus (première main) et le Codex Bezae (de Bèze)) portent une variante cruciale:

 

« en Dieu et au Christ »

 

Ce qui rendrait le texte ainsi:

 

J'ai été crucifié avec Christ; et si je vis, ce n'est plus moi qui vis, c'est Christ qui vit en moi; si je vis maintenant dans la chair, je vis dans la foi en Dieu et au Christ, qui m'a aimé et qui s'est livré lui-même pour moi.

 

« Fils de Dieu » n'est pas d'une certitude certaine à la vue de cette variante textuelle extrêmement précieuse et archaïque. De plus, le début de la phrase de ce verset montre le langage métaphorique biblique qui était usité, puisque Paul se dit crucifié comme Jésus(as). Or, il ne s'est jamais fait crucifié de sa vie !



1 Corinthiens 7.40
Elle est plus heureuse, néanmoins, si elle demeure comme elle est, suivant mon avis. Et moi aussi, je crois avoir l'Esprit de Dieu.

Le texte original de ce passage est le suivant "or j'estime que moi aussi j'ai l'Esprit de Dieu" alors que deux manuscrits, le P15 et 33 portent "or j'estime que moi aussi j'ai l'Esprit du Christ". La confusion entre Dieu et le Christ est une fausseté qui peut être dû à la faute des scribes ou bien à une nouvelle falsification pieuse. (Bruce Metzger, Textual Commentary on the Greek New Testament, p.490, Edition 2007).




1Corinthiens 10
7 Ne devenez point idolâtres, comme quelques–uns d'eux, selon qu'il est écrit: Le peuple s'assit pour manger et pour boire; puis ils se levèrent pour se divertir.
8 Ne nous livrons point à l'impudicité, comme quelques–uns d'eux s'y livrèrent, de sorte qu'il en tomba vingt–trois mille en un seul jour.
9 Ne tentons point le Seigneur, comme le tentèrent quelques–uns d'eux, qui périrent par les serpents.

Les plus anciens manuscrits portent la mention "Christ" puis d'autres copistes y substituèrent le mot "Seigneur", mais peut on leur faire reproche? Le soucis est que la version la plus anciennes est déjà une corruption puisque ce passage fait référence à l'A.T. précisément à Nombres 25 où il s'agit de l'Eternel. Pourtant ici Paul nous parle de Christ (as) alors que quatre verset plus haut, il nous parlait de Dieu et de ce qu'il fit dans le désert. Etant le même sujet du désert et ce qui s'y passa, on ne comprend absolument pas pourquoi Paul passerait de Dieu à Christ (as). Il y a matière à réflexion sur cette corruption textuelle très anciennes qui pourtant fait partie des plus anciens manuscrits disponibles sur 1 Corinthiens (p46), de plusieurs Pères de l'Eglise comme Irénée, Clément d'Alexandrie ou encore Origène. Ces copistes changèrent le mot, car ils virent la problématique de la référence à la Torah. (Voir Bruce Metzger, Textual Commentary on the Greek New Testament, p.494, Edition 2007)


La Bible Annotée :
Ici l'apôtre écrit: tenter Christ. (Les variantes qui lisent le Seigneur ou Dieu ne sont que des corrections critiques.). Bible Annotée sur 1Corinthiens 10.9.


La Bible du Semeur :
Certains manuscrits ont: le Seigneur. Notes de la Bible du Semeur sur 1Corinthiens 10.9.


Les traductions de la Bible Annotée, Cramon, Darby et Epée ont le mot "Christ". Les traductions de la Bible de Jérusalem, Lienart, Pirot Clamer et la TOB ont les mots "Seigneur".




1 Timothée 3.16
Et, sans contredit, le mystère de la piété est grand: celui qui a été manifesté en chair, justifié par l'Esprit, vu des anges, prêché aux Gentils, cru dans le monde, élevé dans la gloire.


La Bible Annotée :
Avant d'expliquer ce passage important (voir la note suivante), il faut remarquer qu'il présente trois variantes qui ont beaucoup occupé la critique: la première, celle du texte reçu, porte: "Dieu manifesté en chair;" la seconde s'exprime ainsi: "Celui qui a été manifesté en chair..." Le sens reste exactement le même, à l'exception du nom de Dieu donné à Jésus-Christ; car lui seul a été manifesté en chair; {#Jn 1:14 Ro 8:3 1Jn 4:2} l'homme n'apparaît pas en chair, il est né de la chair. {#Jn 3:6} Aussi tout le reste du passage ne peut s'appliquer qu'à Jésus-Christ. Enfin, la troisième variante donnerait cette construction à la phrase entière: "Grand est le mystère de piété qui a été manifesté en chair." Cette dernière leçon, bien qu'elle soit adoptée par la Vulgate, n'a pas pour elle les témoignages des manuscrits et des Pères. Elle ne facilite pas l'explication du passage; elle l'obscurcit au contraire. Bible Annotée sur 1 Timothée 3.16.

Cette confusion dans les manuscrits est très connue. Les grands Onciaux Texte Reçu, Sinaïticus, Vaticanus et Bezae qui attestent le mot "Dieu" ne le font que dans les corrections seulement. La faute vient d'un petit trait de lettre.

Les traductions de la Bible Annotée, Darby, Epée, Genève, Rois James, Martin et Ostervald ajoutent le mot "Dieu". Les traductions de la Bible Chouraqui, Crampon, Fillion, Jérusalem, Lienart, Pirot Clamer, Saci et TOB n'ont pas le mot "Dieu".



2 Timothée 2.14
Rappelle ces choses, en conjurant devant Dieu qu'on évite les disputes de mots, qui ne servent qu'à la ruine de ceux qui écoutent.

2 Timothée 2,14: la version existante dans la Bible est la suivante : "Rappelle ces choses, en conjurant devant Dieu qu'on évite les disputes de mots, qui ne servent qu'à la ruine de ceux qui écoutent" mais des manuscrits comme "206, 429 et 1758" portent la mention "Christ" à la place de "Dieu". Une fois encore, des copistes tentèrent de falsifier le texte biblique en lui faisant dire des choses qu'il ne dit pas. (Voir Bruce Metzger, Textual Commentary on the Greek New Testament, p.579, Edition 2007)




1 Jean 3.23
Et c'est ici son commandement: que nous croyions au nom de son Fils Jésus–Christ, et que nous nous aimions les uns les autres, selon le commandement qu'il nous a donné.

Les Manuscrits A, 1846, vg mss comportent une variante extrème tentant de faire croire que le nom de Dieu est "Jesus-Christ". Voici le texte original: "Et c'est ici son commandement: que nous croyions au nom de son Fils Jésus Christ, et que nous nous aimions les uns les autres, selon le commandement qu'il nous a donné." Voici le texte contenant la variante: "Et c'est ici son commandement: que nous croyions en son nom, Jésus Christ, et que nous nous aimions les uns les autres, selon le commandement qu'il nous a donné." (Voir Didier Fontaine, "le Nom Divin dans le Nouveau Testament", editions l'Harmattan 2007, p.274) 




2 Pierre 1.2
Simon Pierre, serviteur et apôtre de Jésus–Christ, à ceux qui ont reçu en partage une foi du même prix que la nôtre, par la justice de notre Dieu et du Sauveur Jésus–Christ:

Le passage traditionnel porte la mention "Que la grâce et la paix vous soient multipliées par la connaissance de Dieu et de Jésus notre Seigneur". Mais le P72 retire le "et" entre Dieu et Jésus (as) ce qui place Jésus (as) au rend divin "Que la grâce et la paix vous soient multipliées par la connaissance du Dieu Jésus notre Seigneur". (Voir Didier Fontaine, "le Nom Divin dans le Nouveau Testament", editions l'Harmattan 2007, p.274)




En conclusion, nous avons vu que l'affirmation selon laquelle les chrétiens sont des gens sincères qui n'étaient pas capable de falsifier la Bible ne repose sur aucun fondements, car il a été démontré que beaucoup de scribes ont volontairement modifiés des passages pour des raisons dogmatiques.

Comments