Accueil‎ > ‎Christianisme‎ > ‎Jésus (paix sur lui)‎ > ‎

Quelle langue parlait Jésus (as) ?

Quelle  langue parlait Jésus (as) ?

Collectif sahab-ed-dine

Création : 13/10/2010

Modification : 22/03/2011

Facebook Twitter More...




1. Introduction


La plupart des chrétiens et des docteurs en Théologie du Christianisme pensent que Jésus (as) parlait l’araméen. C’est une position que nous retenons ! Mais nous aimerions les confondre en leur posant une simple question puisque rappelons le Sola Scriptura de la foi chrétienne ou seule l’Ecriture compte, autrement dit dans le témoignage issu des versets bibliques.

Pour notre part, nous assurons que Jésus (as) parlait l’hébreu et que son enseignement se faisait par ce biais. Nous ne nions cependant pas l’idée qu’il aurait pu connaître l’araméen, le grec ou encore le latin pour ses activités commerciales. Ceci est attesté par le Coran dans le verset suivant :

وَمَا أَرْسَلْنَا مِن رَّسُولٍ إِلاَّ بِلِسَانِ قَوْمِهِ لِيُبَيِّنَ لَهُمْ فَيُضِلُّ اللّهُ مَن يَشَاء وَيَهْدِي مَن يَشَاء وَهُوَ الْعَزِيزُ الْحَكِيمُ


“Et Nous n'avons envoyé de Messager qu'avec la langue de son peuple, afin de les éclairer. Allah égare qui Il veut et guide qui Il veut. Et, c'est Lui le tout Puissant, le Sage.” (Sourate 14,4)

Si ce fait est vérifié, alors le diplôme en théologie de ces docteurs est à revoir puisque l’interprétation du Jésus historique qu’ils ont définit dans leur image véhiculée n’est qu’une fausseté issue d’une erreur monumentale. En effet, le Jésus historique était juif, attaché à la Loi de Moïse (as), citant des paroles de l’A.T devant un public hébraïque et n’a rien à voir avec le Jésus contemporain que beaucoup s’imaginent, mangeant de toute nourriture, annulant l’ancienne Loi mosaïque et vivant à l’occidental.


Il faut revenir aux sources principales de ce personnage et ne diffuser que la vérité sans s’encombrer de conjecture. Certains risque d’être éclaboussés par cette nouvelle si elle s’avère véridique et vérifiée.


Débutons par l’enseignement de
Cheikh ‘Abdoulmajid Kasogbia sur la question :

« Dans toute l’histoire de la domination des juifs par différents peuples après la révélation de la Torah, le judaïsme et l’hébreu, ont toujours été les seuls éléments culturels qui unissaient tous les Juifs dans la diaspora ou non.

Certes, les juifs parlaient généralement la langue du pays dans lequel ils vivaient en diaspora, et réservaient la langue hébraïque au domaine cultuel (la liturgie juive). Cependant, beaucoup d’entre eux réservaient aussi cette langue à l’usage familial comme il est le cas de l’hébreu moderne qui est utilisé aujourd'hui non seulement par les juifs d’Israël-Palestine, mais aussi par de nombreux juifs de la diaspora.

A l’époque de Jésus-Christ(as), il y avait quatre langues parlées en Palestine : l’araméen, l’hébreu, le grec et aussi le latin. Cette dernière étant la langue de l’occupant romain à l’époque de Jésus-Christ(as).

Cependant, la particularité de la Judée (centre du judaïsme mosaïque à cause de la présence du Temple et autres…) où vivait Jésus-Christ(as) est que la population juive parlait l’hébreu et non l’araméen. Et cela, bien que dans certaines contrées de la Palestine, des populations locales parlaient l’araméen et aussi l’hébreu, car les inscriptions retrouvées par les archéologues au Nord de la Galilée étaient en hébreu ou en araméen.

Mais, l’hébreu était exclusivement parlé par les juifs de Judée d’où devait commencer la mission de Jésus-Christ(as) pour ensuite atteindre tous les enfants d’Israël (Matthieu 10 :5-6, 23).

Donc Jésus-Christ(as) et ses contemporains israélites parlaient l’hébreu. »


2. Vérification au sein des Écritures bibliques de la langue utilisée par Jésus (as)


1. « Pilate rédigea aussi un écriteau et le fit placer sur la croix. Il y était écrit : « Jésus le Nazôréen, le roi des Juifs ». Cet écriteau, beaucoup de Juifs le lurent, car le lieu où Jésus fut mis en croix était proche de la ville, et c’était écrit en hébreu, en latin et en grec ». (Jean 19 :19-20. Voir : La Bible Catholique de Jérusalem).


Il est indéniable que la plus grande faiblesse de la thèse de araméen se situe à ce niveau. Pilate écrivit (ou fit écrire) un écriteau sur la croix de Jésus (as) qui était écrit en 3 langues. Malheureusement pour ces docteurs et les chrétiens lambda, l’araméen n’y figure pas alors que l’hébreu y est clairement identifiable ainsi que la langue des romains (le latin) et le grec, certainement pour les autres juifs issus de la diaspora. Voici une problématique corsée : La question reste ouverte et posée : où est passé l’araméen ?


2. « Jésus lui dit : « Marie ! » Se retournant, elle lui dit en hébreu : « Rabbouni ! » ce qui veut dire : « Maître. »   Jésus lui dit : « Ne me touche pas, car je ne suis pas encore monté vers le Père. Mais va trouver mes frères et dis–leur : je monte vers mon Père et votre Père, vers mon Dieu et votre Dieu » (Jean 20 :16-17. Voir : La Bible Catholique de Jérusalem).


Marie de Magdala interpelle Jésus (as) en hébreu. Question : pourquoi Marie interpelle t-elle Jésus (as) en hébreu si ce n’était la langue usuellement utilisée par Jésus-Christ (as) et ses contemporains ?

Il serait inconcevable qu’elle s’adresse en hébreu à son maître si la langue qu’ils utilisaient habituellement pour communiquer était l’araméen. C’est encore un gros problème pour les tenants de cette théorie qui pour le moment ne se vérifie pas dans les Écritures.


3. « En ces jours–là, comme le nombre des disciples augmentait, il y eut des murmures chez les Hellénistes contre les Hébreux. Dans le service quotidien, disaient–ils, on négligeait leurs veuves ». (Actes 6 :1. Voir : La Bible Catholique de Jérusalem).


Mais notons que certaines traductions sont plus éloquentes que d’autres et montrent une vérité qui apparaît peu à peu à l’horizon cachant totalement la vision araméenne de la langue parlée par Jésus (as) :


« En ces jours–là, comme les disciples se multipliaient, les gens de langue grecque se mirent à maugréer contre les gens de langue hébraïque (et non de langue araméenne), parce que leurs veuves étaient négligées dans le service quotidien » (Actes 6 :1. Voir : la Nouvelle Bible Segond - 2002).

« En ce temps–là, alors que le nombre des disciples augmentait, les croyants de langue grecque se plaignirent de ceux qui parlaient l’hébreu (et non l’araméen) : ils disaient que les veuves de leur groupe étaient négligées au moment où, chaque jour, on distribuait la nourriture » (Actes 6 :1. Voir : Bible en français courant).

Nous ne pourrons mieux expliquer ce passage que le Cheikh ‘Abdoulmajid :

« Dans ce passage, les Hellénistes qui murmurèrent contre les Hébreux ne sont pas des Grecs, ou des non-israélites (Goyim), mais bien plutôt des Juifs de l’étranger, qui étaient nés hors de la Palestine, et qui parlaient Grec. Tandis que les Hébreux qui favorisaient leurs veuves lors de la distribution quotidienne de nourriture ou d’aide financière au détriment de celles des Hellénistes sont les Juifs de Palestine (ceux de Jérusalem et de Judée) qui parlaient non pas araméen mais bien hébreu. »

C’est encore clair ici : les contemporains de Jésus (as) parlaient l’hébreu et non l’araméen. Dans ce passage confrontant les deux principaux partis juifs d’époque (les hellénistes et ceux qui ne l’étaient pas), le grec et l’hébreu  demeurent, tandis que l’araméen y est inexistant. Pourquoi le Saint-Esprit n’a t-il pas inspiré l’auteur des Actes des Apôtres à écrire « Araméen » au lieu de « Grec » et « Hébreu » si cela avait vraiment été le cas ? Encore un point que ces auteurs devront répondre.


4. « Tous nous tombâmes à terre, et j’entendis une voix qui me disait en langue hébraïque : « Saoul, Saoul, pourquoi me persécutes–tu ? Il est dur pour toi de regimber contre l’aiguillon » (Actes 26 :14. Voir : La Bible Catholique de Jérusalem).


Paul est catégorique ! Il décrit la voix qu’il entendit lors de sa vision sur le chemin de Damas (qui l’amèneront à se convertir au Christianisme et à en être le Père par excellence), comme étant de l’hébreu et non de l’araméen. Ce point renforce le fait que Jésus (as) parlait hébreu et non araméen lorsqu’il s’adressait à ses disciples ou lorsqu’il enseignait. Jésus (as) est censé être aux cieux à cet instant où Paul déclare entendre la voix, donc il est évident que s’adressant à son auditoire, Jésus (as) ne parlait que dans une langue compréhensible par eux : l’hébreu. Dans le cas contraire, il n’aurait pas lieu qu’il n’utilise pas l’araméen comme le prétendre ceux qui défendent cette opinion. Le nom utilisé au sein de ce verset pour désigner « Paul » se dit en hébreu « Saoul ou Saul ». Pourquoi donc Jésus(as) s’adresse t-il en hébreu à Paul s’il parlait l’araméen ?


5. « La permission accordée, Paul, debout sur les degrés, fit de la main signe au peuple. Il se fit un grand silence. Alors il leur adressa la parole en langue hébraïque. « Frères et pères,  écoutez ce que j’ai maintenant à vous dire pour ma défense ». Quand ils entendirent qu’il s’adressait à eux en langue hébraïque, leur silence se fit plus profond » (Actes 21 :40 et 22 :1-2. Voir : La Bible Catholique de Jérusalem).


Paul s’adresse au peuple devant lui dans sa langue, autrement dit l’hébreu. Rappelons que Paul allait de synagogue en synagogue, débattant avec les juifs sur les Écritures. Il est évident que les Écritures en question étaient en hébreu et qu’il en discutait dans cette langue à l’intérieur des synagogues où il prêchait. De même, le rouleau d’Isaïe que Jésus (as) aurait lu devant un auditoire juif ne pouvait être qu’en langue hébraïque. (Luc 4,16-17)


6. « Et vers la neuvième heure, Jésus s'écria d'une voix forte: Éli, Éli, lama sabachthani ? C’ecst-à-dire: Mon Dieu, mon Dieu, pourquoi m'as-tu abandonné? » (Matthieu 27 :46. Voir : La Bible Catholique de Jérusalem).


Cette version de Matthieu est à la fois en hébreu et en araméen tandis que la version de Marc 15,34 est uniquement en araméen :


« Et à la neuvième heure, Jésus s'écria d'une voix forte: Éloï, Éloï, lama sabachthani ? Ce qui signifie: Mon Dieu, mon Dieu, pourquoi m'as-tu abandonné ? ».


Or, au vue de ce que nous avons déjà dit, Jésus (as) parlait en hébreu. La version rapportée par Matthieu est, de ce fait, plus authentique que la version marcienne bien qu’elle mélange les deux langues. Rappelons aussi que les Pères de l’église disent tous que l’évangile original qui fut écrit par l’auteur de l’évangile selon Matthieu était initialement écrit en hébreu et que celui que nous avons entre nos mains en grec n’est pas l’original.
De plus, la note de la Bible Osty sur ce passage et celui qui le suit est claire : la phrase ne put être dite qu’en hébreu puisque les gens en bas de la croix (soldats romains) pensaient qu’il appelait « Elie » le Prophète.
Comment aurait-il put confondre « Eli » lorsqu’il s’agit de « Eloï » que Jésus (as) criait d’une voix forte ? Impossible, c’est parce que justement il prononça la version mathéenne « Eli, Eli … » que les soldats se furent confondre. Par cet exemple, nous prouvons une fois de plus que la langue de Jésus (as) était l’hébreu. Nous pouvons ajouter le verset suivant où Jésus(as) utilise un terme hébreu :


« Ne nous induis pas en tentation, mais délivre-nous du malin. Car c'est à toi qu'appartiennent, dans tous les siècles, le règne, la puissance et la gloire. Amen! » (Matthieu 6,13)


Passons à un autre point...


3. Mots araméens utilisés par Jésus (as) dans le Nouveau Testament


Aussi surprenant que cela puisse paraître, et là certains pensent pouvoir nous répondre par ce point important très connu, Jésus (as) aurait utilisé l’araméen dans son discours tels les passages suivants :

« Il la saisit par la main, et lui dit: Talitha koumi, ce qui signifie: Jeune fille, lève-toi, je te le dis. » (Marc 5,41)

« Puis, levant les yeux au ciel, il soupira, et dit: Éphphatha, c'est-à-dire, ouvre-toi. (Marc 7,34)

« Mais vous, vous dites: Si un homme dit à son père ou à sa mère: Ce dont j'aurais pu t'assister est Corban, c'est-à-dire, une offrande à Dieu » (Marc 7,11)

« Et à la neuvième heure, Jésus s'écria d'une voix forte: Éloï, Éloï, lama sabachthani ? Ce qui signifie: Mon Dieu, mon Dieu, pourquoi m'as-tu abandonné ? » (Marc 15,34)

«  Il disait: Abba, Père, toutes choses te sont possibles, éloigne de moi cette coupe! Toutefois, non pas ce que je veux, mais ce que tu veux. » (Marc 14,36)


Toutes ces citations ne concernent pas l’enseignement mais la vie de tous les jours donc cela n’a aucune incidence sur l’étude que nous menons ici et sur la langue de l’enseignement prophétique de Jésus (as) !



4. Mots araméens et hébreux utilisés dans le Nouveau Testament


Plusieurs autres citations qui ne sont pas dites pas Jésus (as) apparaissent dans le NT et sont issues soit de l’hébreu soit de l’araméen comme nous le montrons dans les points suivants :

« Or, à Jérusalem, près de la porte des brebis, il y a une piscine qui s'appelle en hébreu Béthesda, et qui a cinq portiques. » (Jean 5,2)

« Pilate, ayant entendu ces paroles, amena Jésus dehors; et il s'assit sur le tribunal, au lieu appelé le Pavé, et en hébreu Gabbatha. » (Jean 19,13)

« Jésus, portant sa croix, arriva au lieu du crâne, qui se nomme en hébreu Golgotha. » (Jean 19,17)

Elles avaient sur elles comme roi l'ange de l'abîme, nommé en hébreu Abaddon, et en grec Apollyon. (Apocalypse 9,11)

« Ils les rassemblèrent dans le lieu appelé en hébreu Harmaguédon. » (Apocalypse 16,16)

« Après cela, j'entendis dans le ciel comme une voix forte d'une foule nombreuse qui disait: Alléluia! Le salut, la gloire, et la puissance sont à notre Dieu » (Apocalypse 19,1)

« Et ils dirent une seconde fois: Alléluia! ...et sa fumée monte aux siècles des siècles. » (Apocalypse 19,3)

« Et les vingt-quatre vieillards et les quatre êtres vivants se prosternèrent et adorèrent Dieu assis sur le trône, en disant: Amen! Alléluia! » (Apocalypse 19,4)

« Et j'entendis comme une voix d'une foule nombreuse, comme un bruit de grosses eaux, et comme un bruit de forts tonnerres, disant: Alléluia! Car le Seigneur notre Dieu tout puissant est entré dans son règne. » (Apocalypse 19,6)

« Si quelqu'un n'aime pas le Seigneur, qu'il soit anathème! Maranatha. » (1 Corinthiens 16,22)

« Ils aiment à être salués dans les places publiques, et à être appelés par les hommes Rabbi, Rabbi. » (Matthieu 23,7)

Note : Ce mot n’apparaît que dans les évangiles et ce, pas moins de 15 fois.

« Voici, la vierge sera enceinte, elle enfantera un fils, et on lui donnera le nom d'Emmanuel, ce qui signifie Dieu avec nous. » (Matthieu 1,23)

Note : Vient du mot hébreu « Immanuel » que l’on retrouve à l’identique dans Isaïe 7,14 d’où l’auteur de l’évangile selon Matthieu à tirer cette Prophétie et l’a attribué à Jésus(as).

« Or Jésus étant né à Bethléhem de Judée, aux jours du roi Hérode » (Matthieu 2,1)

« Celui-ci ne chasse les démons que par Béelzébul, le prince des démons. » (Matthieu 12,24)

« Et ceux qui précédaient et ceux qui suivaient criaient, disant : Hosanna ! Béni soit celui qui vient au nom du Seigneur ! » (Marc 11,9)


Il existe d’autres passages sur les noms propres ou de villes qui renvoient à l’hébreu mais il serait inutile de les citer. Idem, ces passages ne concernent pas l’enseignement de Jésus qui lui n’était fait qu’en hébreu.



5. Conclusion

Il convient donc de statuer que Jésus (as) parlait hébreu (sûrement aussi l’araméen), mais son enseignement des Écritures et de la Religion, ne se faisait qu’en langue hébraïque.


Wa Allahou a’lem - Dieu Sait mieux ce qu’il en est !

Comments