Accueil‎ > ‎Dossiers‎ > ‎Histoire‎ > ‎Europe et monde arabe‎ > ‎

Les Mongols

2/. LES CROISADES :



g) Les Mongols. 




La tolérance religieuse du monde musulman n'a pas empêché les calomnies de l'Europe sur le "fanatisme islamique" et sur les "sanguinaires asiatiques". "Asiates" ! Voilà un mot qui donne le frisson, surtout quand il s'agit de l'histoire des Mongols racontée aux enfants à l'école (comme on leur parlait jadis des "fourbes Indiens"). Les tentatives des plus hautes personnalités de la chrétienté n'ont cependant pas manqué pour faire appel aux Mongols comme renforts des Croisés contre l'Islam, dès la cinquième Croisade.

En 1220, les Occidentaux, installés depuis 120 ans en Orient, s'adaptaient au mode de vie de la région et commençaient à coexister, en faisant même de bonnes affaires avec leurs voisins. N'était-ce pas d'ailleurs cela la raison de la première croisade ? Le Tombeau du Seigneur fut surtout un prétexte. Sa "libération" ne fut-elle pas en réalité sa profanation par la gente que le Christ avait chassé du Temple avant d'être crucifié ? Mais quoique les Marchands n'en voulaient plus, après la mort du Pape Innocent III, son successeur Honorius III eut des démangeaisons pour une cinquième croisade, qui était vouée à l'échec parce qu'

Citation:
"On rapporta confidentiellement au nouveau Pape Honorius III que là-bas, en Outremer, personne ne voulait plus d'une nouvelle croisade. Saphadin (1) respectait bien la paix ; de sorte que les marchands aussi bien chrétiens qu'infidèles faisaient bien leurs affaires."(2)


Et quand les marchands font bien leurs affaires, les Papes n'ont qu'à s'occuper des leurs, on n'a plus besoin de leurs services, qu'ils mettent la Tiare dans le fourreau. Soutiendra-t-on après cela que la "sainteté" des Croisades n'était pas une autre cause que celle des marchands. Cependant Honorius la voulait quand même sa petite cinquième croisade. Il comptait sur le concours de Friedrich II, le grand empereur Romain Germanique. Comme deux concours valent mieux qu'un pour le succès d'une sainte entreprise, la Providence d'Honorius allait la pourvoir en la personne des asiates Mongols.

Citation:
"La fantaisie superstitieuse des contemporains (d'alors) croyait déjà avoir découvert le Prêtre-Roi des Indes David-Jean (3) qui, selon une prophétie largement rependue devrait un jour exterminer les infidèles. Qu'en réalité c'étaient les Mongols de Gengis Khan…"(4)


Après Honorius III, son troisième successeur Innocent IV envoya en 1245 une ambassade auprès du Khan mongol Gouyouk à Karakaroum mais sans succès, tout en lui ayant décerné le titre d'Altesse Sérénissime. A la bonne volonté d'Innocent IV (5) de lui faire administrer le baptême, le Khan mongol opposa la présomption, que le Pape aille en personne à sa Cour en Asie Centrale lui rendre hommage, le reconnaissant pour son suzerain. Après l'échec de cette ambassade, pas découragé, Innocent IV envoya en 1247 une deuxième ambassade à Tabris au général mongol Baichou, qui se termina également par un échec comme la première.(6)

Au double échec d'Innocent IV vint alors s'ajouter celui de Louis IX (Saint Louis), qui tenta lui aussi en 1249 sa chance de "sauver la chrétienté" en s'alliant aux Mongols de Genghis Khan (7). Pauvre Saint Louis ! Brave roi de France ! Si bon et si juste envers ses sujets ! Il sortit de ses terres pour combattre les "ennemis de Dieu", et il n'y fit que des catastrophes qui contribuèrent pour une large part à effacer complètement de la carte du Proche Orient les royaumes chrétiens qui s'y étaient établis avec la première croisade. Car après 150 ans de séjour (jusqu'à St. Louis) sur ces terres, les Croisés se civilisèrent, en s'intégrant à la région. Ils apprirent en Orient à mêler la diplomatie à la force des armes. Mais Saint Louis y alla comme son père y aurait été, négligeant les conseils des occidentaux "intégrés" à user aussi un peu de "levantinades" comme on appelait l'esprit de compromis et de marchandages qui régnaient en ce coin du monde. Etait-ce de sa faute ? Il était, le pauvre, le fils de Louis VIII, le tueur des "hérétiques" Albigeois, ennemis de Dieu comme les Musulmans - encore un défenseur de Dieu, quoique pas aussi sincère que son fils. Ils voulaient tous défendre Dieu. Quelle folie ! Comme si Dieu n'était pas capable de le faire par ses propres moyens, c'est à dire sans effusion de sang. Il est vrai que si on laissait cette noble tâche à Dieu lui-même comment aurai-t-on pu attacher le Languedoc à la couronne des Capétiens.

La ferveur religieuse de Saint Louis, qui fut sincère, avait été égarée par la mythologie chrétienne du "Prestre Jean" identifiée alors aux Mongols. Elle leur tourna la tête au point qu'il ne pouvait plus voir de "libération" du Tombeau du Seigneur autrement que dans une alliance avec le diable. Le pieu Saint Louis s'était réjoui, le brave homme, des hécatombes du Khan mongol Hulagu, petit-fils de Gengis Khan. Ces hécatombes n'étaient portant pas quelque chose à réjouir le coeur d'un chrétien, même infligées à des Infidèles. Le fait que la femme du féroce Khan, l'épileptique Hulagu, était une chrétienne, suffisait-il à cautionner une telle boucherie ?

Après le passage des Mongols Bagdad, Alep et Damas n'étaient plus qu'amas de ruines fumantes sous lesquelles gisaient des centaines de milliers de cadavres. Après l'acier, ce fut le feu qui compléta l'oeuvre de Hulagu ; et la chrétienté ne se retenait plus de joie à l'annonce de la "bonne nouvelle". La chrétienté et Saint Louis en tête. Tamerlan fit "mieux" 150 ans après. C'étaient là les alliés que l'Homme Blanc se choisit. Que Hulagu ait épargné les chrétiens durant son carnage cela justifiait-il les réjouissances de la chrétienté pour le massacre des Musulmans ?

Après cette collusion Occident-Mongols, quand les Mongols changèrent après Tamerlan pour devenir le peuple le plus inoffensif et le plus pacifique de la terre, c'est là qu'on commença à les dépeindre comme des monstres, en se gardant d'ailleurs bien de parler de Mongols comme Kubilai. Kubilai était le frère du monstre Hulagu. Converti au bouddhisme, il fut le plus humain, le plus généreux, le plus éclairé des conquérants, un conquérant des coeurs. On ne souffle mot sur les Mongols qui développèrent une si brillante civilisation en Inde en arrivant à coexister avec les Hindous tant que les barbares d'Albuquerque n'y avaient pas encore ouvert la voie aux autres barbares de l'Europe pour envahir les Indes.

En réunissant TOUTES les victimes de TOUS les Mongols et en les multipliant par deux, on n'atteindrait pas le chiffre du Quart des victimes de la "Mission Civilisatrice" du SEUL Léopold II de la pieuse Belgique au Congo "Belge". Ceci en faisant grâce des autres flambeaux de notre civilisation ! Cinquante ans après Saladin, sous lequel la générosité le disputait à la tolérance, Saint Louis voulait s'allier aux "sanguinaires Mongols" contre les descendants de l'"Antéchrist", comme on avait appelé le grand Sultan Saladin. Aujourd'hui tous les historiens sont d'accord pour reconnaître en Saladin le plus humain et le plus chevaleresque des hommes. On a lu au paragraphe "Sauvagerie et hypocrisie" comment Sir Runciman fait la comparaison entre la Boucherie - présidée par le prestigieux descendant de Charlemagne Godefroy de Bouillon - commise par les Croisés à la prise de Jérusalem, et sa reconquête par Saladin 88 ans après, présidée cette fois-ci par la miséricorde envers les vaincus.

Il suffit de rapporter ici deux anecdotes historiques sur Saladin pour juger le soit disant "Antéchrist" des champions occidentaux de la calomnie. En 1182 il assiégait le Château de Kerak de son ennemi juré - parce que c'était un faux jeton - Reynald de Châtillon. On célébrait ce jour là les noces de la Princesse Isabelle avec Humphrey IV, seigneur de Toron. Dame Stéphanie, mère du fiancé, connaissant le caractère chevaleresque de Saladin, lui fit porter des plats du festin dont elle avait dirigé la préparation. Touché de ce geste, Saladin fit demander en quelle Tour du Château les nouveaux mariés allaient prendre demeure, et donna des ordres pour qu'elle ne fût pas bombardée. Ce n'est pas là un conte des Mille Et Une Nuit, c'est de l'histoire vraie rapportée par Sir Runciman (8). Il y a une autre anecdote historique sur Saladin rapportée également par Steven Runciman, malheureusement pas aussi heureuse que la précédente. Reynald de Châtillon appartenait à cette catégorie de fourbes qui donnent leur parole pour la reprendre quand ils en ont besoin. Il avait déjà trahi maintes fois Saladin, et Saladin haïssait les hommes sans honneur. 
Cinq ans après les politesses déjà décrites avec Dame Stéphanie, le Maître du Château de Kerak tombe prisonnier de Saladin avec d'autres croisés, dans une bataille livrée suite à une nouvelle trahison de Reynald de Châtillon. On amène les prisonniers, dont le roi de Jérusalem Guy de Lussignan, sous la tente de Saladin, mourants de soif. Le Sultan d'Égypte fait servir aussitôt à boire de l'eau rafraîchie avec de la neige en commençant par Guy de Lussignan. Celui-ci, désaltéré, veut passer la coupe à Châtillon. Saladin l'en empêche. Les lois de l'hospitalité islamique héritées des Arabes font d'un homme auquel on a donné l'hospitalité ne serait-ce que d'un verre d'eau - surtout d'un verre d'eau - un hôte, c'est à dire un homme envoyé par Allah pour le mettre sous le protection du donneur de l'hospitalité. Si Saladin avait laissé Reynald de Châtillon boire dans sa coupe, Reynald devenait son protégé. Mais Saladin s'était depuis longtemps juré de lui trancher la tête de sa propre main ; et foi de Saladin, il fallait tenir parole en le maudissant comme traître et brigand.

Pour qu'un homme comme Saladin, toujours prêt aux compromis et aux réconciliations - il n'avait pas été théologien dans sa jeunesse pour rien - en soit amené là il fallait que le seigneur de Kerak fusse un triste sire. Cet esprit de compromis qui présidait toujours à sa politique, Saladin le témoigna même envers la terrible secte des Assassins (les Hachechin) ismaélites, ses adversaires, qui avaient projeté de l'assassiner. Quand il trouva un poignard empoisonné sous son oreiller en avertissement, il ne trancha pas la tête de ses gardes du corps, il ne fit pas d'hécatombes des tenants de la secte, mais entama des négociations avec eux, leur fit quelques concessions, et ceux-ci le laissèrent tranquille dorénavant.

Après quelques années d'"hospitalité", Saladin libèra le roi de Jérusalem Guy de Lussignan à la seule condition qu'il lui promette de ne jamais plus porter les armes contre l'Islam - Saladin avait souvent libéré des croisés prisonniers sur une simple supplique épistolaire de leurs épouses - le roi Guy donna sa parole, mais, foi de croisé, il la reprit quelque temps après pour assiéger Acre tenue par les Musulmans.

La même Morale "chrétienne" guida le fameux Richard Coeur de Lion (pourquoi pas de Tigre ?), lorsque pour faire capituler Acre il promit la vie sauve à ses habitants s'ils se rendaient. Quand ils se rendirent, foi de Croisé, ils passèrent tous au fil de l'épée.
Reynald de Châtillon, Guy de Lussignan, Richard Coeur de Lion n'étaient pas des exceptions à la règle. Au contraire, c'étaient les Raymond de Toulouse et Adhémar de Monteil qui l'étaient.

Le chevaleresque Sultan Saladin, respectueux du testament d'Abou Bakr, était si miséricordieux envers les vaincus, qu'après sa mort il y eut des familles franques qui prénommèrent leurs enfants comme lui en gratitude pour la façon généreuse dont il avait traité leurs ancêtres vaincus, par lui, l' "Antéchrist".
Non, les Croisades n'ont pas été un fait d' "élans idéalistes" de la chrétienté comme quelques hommes sérieux le prétendent parfois. Elles ont été avant tout une entreprise de brigandage inspirée par le "bébé" société marchande encore dans les langes. C'était là un avant-coureur de ce qui attendait l'Humanité à la majorité du maudit "bébé", DU coupable !

BASILE Y.



________________________________________
1/. Frère et successeur du Sultan Saladin.

2/. Alfred Dugan, THE STORY OF THE CRUSADE, London 1963, p. 213.

3/. Le fameux "Prestre Jean".

4/. J. Haller, PAPSTUM, IDEE UND WIRCKLICHKEIT, RoRoro 1962, tome IV, page 22.

5/. Innocent IV était la Mascotte des Chevaliers Teutons qu'il avait envoyés contre les Chrétiens de Russie, faisant ainsi le jeu des Tatares musulmans, auxquels Alexandre Nevski avait affaire à l'Est de ses frontières. Mongols au secours des Croisés, Tatares musulmans au secours des Chevaliers Teutons : en pleine stratégie césaropapiste.

6/. Steven Runcimen, A HISTORIY OF THE CRUSADES, 1968, volume III, p. 259.

7/. Steven Runcimen, A HISTORIY OF THE CRUSADES, 1968, volume III, page 260.

8/. Steven Runcimen, A HISTORIY OF THE CRUSADES, 1968, volume II, pages 440-441.

Web : basile-y.com 
© 2000 Copie autorisée si sans modification et si auteur Basile Y. cité 
Comments