Un médecin juif refusé à la Cour de François 1er... parce qu'il ne voulait plus être juif

3. Un médecin juif refusé à la Cour de François 1er... parce qu'il ne voulait plus être juif.


A en croire des plumes tricolores, François 1er est le héros de Marignan, où il a écrasé des petits suisses. Pour les Espagnols il fut le prisonnier de Pavie, où il fut écrasé à son tour par Charles Quint. Cette captivité avait cependant scellé une "amitié" entre ces deux Monarques (les loups ne se mangent pas entre eux), quoique de brève durée, car s’ils ne se mangent pas entre eux, ils se disputent toujours sur la priorité à manger les autres. 

Du temps de François 1er les médecins étaient, en France (comme dans tout le reste de l'Europe au Nord des Pyrénées), pire que les Diafoirus de Molière qui se servaient au moins de clystères et de saignées, traitements qui en certaines circonstances pouvaient être bénéfiques. Du temps de François 1er, en matière de médecine ce n'était que des exorcismes et de l'eau bénite. Les seuls médecins qu'il y avait alors en Europe, respectueux de l'Art d'Hippocrate (un Art qu'ils ne se contentèrent pas de respecter mais le développèrent à un niveau supérieur), étaient les Juifs et leurs amis les Arabes d'Espagne. Naturellement, les exorcismes et l'eau bénite étaient pour les manants; les rois, les hauts prélats, la noblesse, avaient tous des médecins juifs à leur service. Cependant, les médecins de François 1er, même juifs, n'arrivaient pas à guérir son mal. Il pensa alors qu'un médecin juif d'Espagne aurait plus de succès. Il écrit donc à son "ami", Charles Quint de l'Empire en même temps que Charles 1er des Espagnes, pour le prier de lui envoyer un bon médecin, c'est à dire un médecin juif. L'article en question étant en ces temps encore abondant en Espagne, le vainqueur de Pavie se fit le plaisir de rendre ce service au vainqueur de Marignan, en lui en envoyant un des meilleurs de son royaume. Et, écrit l'historien espagnol Americo Castro(1),ce médecin était un de ces Juifs, dont les parents, pour échapper aux fagots ardents de la miséricorde chrétienne, s'étaient fait baptiser pour appartenir désormais à cette catégorie de sujets de Leurs Très Catholiques Majestés, qu'on appelait alors "Nouveaux Chrétiens". 

Arrivé à la Cour de François 1er, notre médecin juif "Nouveau Chrétien" s'y présente muni de ses lettres de créances. Ces lettres de créance ne mentionnant pas sa qualité de Juif, on lui pose la question indiscrète pour savoir s'il était bien Juif. Notre toubib (un vrai celui-là, pas un Diafoirus) se drape alors dans toute sa dignité de Nouveau Chrétien, et répond indigné qu'il était Chrétien. Sur ce, retour à l'envoyeur, car François 1er voulant un vrai médecin, cela ne pouvait pas être un Chrétien, et le vaincu de Pavie crut que Charles Quint lui jouait un tour. 

Il s'adresse alors, pour avoir un vrai médecin, à son ami (parce qu'ennemi de Charles Quint aussi), le Sultan d'Istanbul Soliman le Magnifique, lui spécifiant bien que ce médecin ne devait surtout pas être chrétien. 
Aux dernières nouvelles, Dieu le Père fit savoir que François 1er paie depuis 1547 son outrecuidance anti-chrétienne, surchauffé aux Super Fours de Lucifer. 

BASILE Y. 


________________________________________
1/. REALIDAD HISTORICA DE ESPAÑA, ediciones Porus, Mexico 1954, page 449.

Web : basile-y.com 
© 1999 Copie autorisée si sans modification et si auteur Basile Y. cité 
Comments