Un peuple européen naquit dans des tombes

16. Un peuple européen naquit dans des tombes.




Citation:
"Un essaim de jeunes guêpes s'envola d'une charogne. Oh! s'écrièrent-elles, de quelle grandiose et divine origine sommes-nous issues!
Cette singulière fanfaronnade fut entendue par le fabuliste attentif qui pensa aux Italiens de nos jours, qui se prennent pas moins que pour des descendants des vieux, des immortels Romains, parce qu'ils sont nés dans leurs tombes."(1)


Ce n'est pas de moi, vous l'avez deviné; les muses ne m'ont pas favorisé. Il y a là du talent de poète mais aussi de la méchanceté à l'égard des "Südländer" (gens du Sud) incapables de "vertus" militaires. Lessing (Gotthold Ephraim) était un Silésien, plus prussien que le roi Frédéric II. lui-même, qui avait conquis la Prusse sur l'Autriche an 1748. Le dada de Lessing était de faire revivre le génie national allemand contre la néfaste influence française dominante alors en Allemagne. S'il avait vécu l'ère napoléonienne il aurait adoré les Français. 

Je plains ceux des Italiens qui considèrent un honneur le fait d'être des descendants des "immortels" Romains. Je préfère aux Romains les Italiens d'aujourd'hui pour la même raison que le poète Lessing les méprisait si profondément. Avanti popolo, la mandolina, n'est-ce pas plus sympathique que les glaives et les lances avec lesquels les Romains éventraient leurs voisins avant de procéder au pillage? Ah! ces grands hommes de l'Occident qui ne rêvent que d'Achille et de César! 

Goethe, le grand Goethe, était un géant comme poète, avec un coeur en or : il pardonna et envoya au ciel celle qui tua son propre enfant...dans ses poésies(Faust). Un véritable non-violent en tant que poète mais pas comme ministre de S.A. le Duc de Weimar : contre les voix des autres membres du cabinet ministériel, il envoya à l'échafaud une femme qui avait tué son propre enfant, en chair et en os(2). Ce n'était plus le même dans la réalité. D'après Romain Rolland, notre grand Goethe, admirateur des "immortels Hellènes", se promenait toujours avec Homère dans sa poche. Homère lui enseigna la vengeance : Némésis! Pauvre Goethe, il n'était pas né aux pays "où fleurissent les citronniers", comme il aimait le chanter. Voilà ce qui arrive quand un grand poète s'abaisse à jouer les ministres. 

Revenons à nos moutons, les "Romains". Je me demande quelle aurait été l'opinion de Lessing sur Benito Mussolini. Le "Duce" imitait tout ce qu'avaient fait les Romains et c'est sans doute pour cela qu'il plut à Hitler. Une majorité d'Italiens l'accepta bien tant qu'il ne faisait que des discours, des saluts à la Romaine et d'autres martiaux mouvements. Quand il voulut faire d'eux des "Romains" guerriers, alors peu nombreux furent ceux qui le suivirent encore. 

BASILE Y.


________________________________________
1/. G.E. Lessing, DIE WESPEN, Fable No. 16.
2/. Lion Feuchtwanger, CENTUM OPUSCULA, Greifenverlag 1956, page 492.


Web : basile-y.com 
© 1999 Copie autorisée si sans modification et si auteur Basile Y. cité 
Comments