Le “Notre Père” du Prophète Muhammad (sws) !?!

Le “Notre Père” du Prophète Muhammad (paix et bénédictions sur lui) ?!

Sâlik al-Hanîf

Création : 31/08/2011

Modification : 31/01/2012

FacebookTwitterMore...



Certains islamophobes arabophones (qui sont très mauvais dans le débat rhétorique et je n’ai pas envie de leur faire de la publicité inutile) prétendent qu’il existe une prière musulmane qui aurait été plagiée des sources chrétiennes, de la Bible plus particulièrement.

Nous y lisons en effet cette prière de Jésus (paix sur lui), qui aurait enseigné le très célèbre “Pater Noster” :

« Vous donc, priez ainsi : Notre Père qui es dans les cieux, que ton nom soit sanctifié ; que ton règne vienne ; que ta volonté soit faite, comme dans le ciel, aussi sur la terre.  Donne-nous aujourd’hui le pain qu’il nous faut ; et remets-nous nos dettes, comme nous aussi nous remettons à nos débiteurs ; et ne nous induis pas en tentation, mais délivre-nous du mal. Car c'est à toi qu'appartiennent, dans tous les siècles, le règne, la puissance et la gloire. Amen! » (Louis Segond 1910, Matthieu 6,9-13)


En version arabe, traduction Van Dyke :

فصلّوا انتم هكذا ابانا الذي في السموات. ليتقدس اسمك ليأت ملكوتك لتكن مشيئتك كما في السماء كذلك على الارض خبزنا كفافنا اعطنا اليوم واغفر لنا ذنوبنا كما نغفر نحن ايضا للمذنبين الينا ولا تدخلنا في تجربة لكن نجنا من الشرير. لان لك الملك والقوة والمجد الى الابد. آمين.



Ainsi, ces personnes prétendent que les musulmans ont plagié cette prière. Pour cela, ils se servent d’un Hadîth (une tradition Prophétique), apparaissant dans les Sounan d’Aboû Dawoûd.

Citons le texte et ensuite commentons-le :

حدثنا يزيد بن خالد بن موهب الرملي، ثنا الليث، عن زياد بن محمد، عن محمد بن كعب القرظي، عن فضالة بن عبيد، عن أبي الدرداء قال: سمعت رسول اللّه صلى اللّه عليه وسلم يقول: "من اشتكى منكم شيئاً أو اشتكاه أخٌ له فليقل: ربُّنا اللّه الذي في السماء تقدس اسمك، أمرك في السماء والأرض، كما رحمتك في السماء، فاجعل رحمتك في الأرض [كما رحمتك في السماء] اغفر لنا حُوبنا وخطايانا، أنت رب الطيبين، أنزل رحمةً من رحمتك وشفاءً من شفائك على هذا الوجع فيبرأ.



«
Notre Seigneur Allah qui est dans le ciel, Ton Nom s’est glorifié, Ton Autorité est dans le ciel et sur la terre, comme Ta Miséricorde est dans le ciel. Fais qu’elle soit sur terre, Pardonne-nous nos fautes et nos péchés, Toi, le Seigneur des vertueux, fais descendre une de Tes Miséricordes et un de Tes Soins sur ce mal pour qu’il guérisse. » (Sounan Aboû Dawoûd, 4/16 – Hadith n°3892)



  • Le texte est aussi rapporté dans al-Moustadrak ‘ala as-Sahihayn de l’imâm al-Hakîm an-Nisâboûrî, Hadîth n°1272 avec la chaîne de transmission suivante :  Aboû Bakr ibn Ishâq le juriste - Muhammad ibn Ibrâhîm ibn Milhâne - Yahya ibn Boukayr - Al-Layth ibn Sa’d - Ziyâd ibn Muhammad al-Ansârî - Muhammad ibn Ka’b al-Qouradhîyî - Fadâla ibn ‘Oubayd - Aboû ad-Dardâ
  • Également dans al-Mou’jam al-Awsat de l’imâm at-Tabarânî, Hadîth n°8636 avec la chaîne de transmission suivante : Mouttalib ibn Shou’ayb - ‘Abd Allâh ibn Sâlih - al-Layth - Ziyâd ibn Muhammad al-Ansârî - Muhammad ibn Ka’b al-Qouradhîyî - Fadâla ibn ‘Oubayd - Aboû ad-Dardâ
  • Par l’imâm an-Nasâ’î dans as-Sounan al-Koubrâ, Hadîth n°10807 avec la chaîne de transmission suivante : ‘Abd al-Hamîd ibn Muhammad - Moukhlad - Soufyâne - Mansoûr - Talq - son père - un homme (vivant probablement au Châm)
  • Toujours par l’imâm an-Nasâ’î dans as-Sounan al-Koubrâ, Hadîth n°10808 avec la chaîne de transmission suivante : Mouhamad ibn Ghaylâne - Aboû Dawoûd - Shou’ba - Younoûss ibn Khabbâb - Talq ibn Habîb - un homme du Châm - son père
  • Par l'imâm Ahmad dans son Mousnad, Hadith n°23957 avec la chaîne de transmission suivante : Aboû al-Yamân - Aboû Bakr (c'est-à-dire Ibn Abî Maryam) - les chouyoukh - Fadâla ibn 'Oubayd al-Ansârî

Note :
en rouge nous avons indiqué les rapporteurs qui posent problème, ceci sera détaillé un peu plus loin.


Il est vrai que cette “invocation(et non “prière” au passage, car en Islâm les termes “salât“ et “dou’a” ne sont pas synonymes) ressemble étrangement à celle qu’on retrouve dans la Bible. Cependant, il y a plusieurs remarques à faire, la première c’est que les termes sont tout de même complètement différents. Remettons les deux invocations dans un tableau et regardons les différences :


Le Pater Noster

Invocation citée par Aboû Dawoûd

Notre Père qui es dans les cieux, que ton nom soit sanctifié ; que ton règne vienne ; que ta volonté soit faite, comme dans le ciel, aussi sur la terre.  Donne-nous aujourd’hui le pain qu’il nous faut ; et remets-nous nos dettes, comme nous aussi nous remettons à nos débiteurs ; et ne nous induis pas en tentation, mais délivre-nous du mal. Car c'est à toi qu'appartiennent dans tous les siècles, le règne, la puissance et la gloire. Amen! Notre Seigneur Allah qui est dans le ciel, Ton Nom s’est glorifié, Ton Autorité est dans le ciel et sur la terre, comme Ta Miséricorde est dans le ciel. Fais qu’elle soit sur terre, Pardonne-nous nos fautes et nos péchés, Toi, le Seigneur des vertueux, fais descendre une de Tes Miséricordes et un de Tes Soins sur ce mal pour qu’il guérisse.



Le mot “Père” est changé par “Seigneur Allâh”. La miséricorde, les fautes et les péchés n’apparaissent pas dans la version biblique, de même que le pain, les dettes et la tentation n’apparaissent pas dans la version d’Aboû Dawoûd. Sans compter que les conclusions sont complètement différentes...

Parler de plagiat est donc un bien grand mot, mais de toute façon, nous pouvons clore ce débat ridicule en quelques mots. Ouvrons une vérification des Sounan d’Aboû Dawoûd effectuée par le Cheikh al-Albânî et voyons voir ce qu’il y a marqué :






Le Hadîth est faible !!!


Les musulmans n’ont pas attendu des critiques chrétiens qui ne connaissent rien à la science du Hadîth pour rendre caduc ce texte...

Le Cheikh Al-Albâni déclare que ce hadith est “faible(Da’if) parce qu’il s’y trouve “Zyâd ibn Muhammad”. Ce rapporteur est classé dans la catégorie des "faibles" dans le hadith voire « munkar », c’est-à-dire réprouvé dans le hadîth.

Vérifions tout de même que cet individu est bien rejeté dans le hadîth. Il y a beaucoup de livres dans la critique des transmetteurs (al-jarh wat-ta'dîl) qui l'affirment, je ne vais en citer que quelques-uns pour ne pas fatiguer le lecteur.

Nous lisons dans Tarîkh al-Kabîr (la Grande Histoire) de l'imâm al-Boukhârî (tome 3, p.446) ceci :




Traduction
Notice 1490 : Ziyâd ibn Muhammad - selon Muhammad ibn Ka'b al-Qaradhîyou selon Fadâla ibn 'Oubbayd selon Aboû Dardâ. al-Layth a également rapporté de lui. Il est réprouvé dans le hadîth.


Au passage, notez que l'imâm al-Boukhârî cite la même chaîne de transmission qu'on a vu précédemment... De même, Ziyâd ibn Muhammad est rapporté dans le livre "ad-Dou'afâ wal-matroûkîne" (les faibles et les réprouvés dans le hadîth) de l'imâm an-Nasâ'î, p.113 :


Traduction :
Notice 233 - Ziyâd ibn Muhammad : il est réprouvé dans le hadîth.



De même, nous lisons dans l'ouvrage du grand savant de la critique des transmetteurs al-Mizzî (654-742 H.), "Tahzîb al-Kamâl fî Asmâ ar-Rijâl", tome 9 p.533-534, notice 2083 :




Traduction

Notice 2083 : Ziyâd ibn Muhammad al-Ansârî [...] al-Boukhârî, et an-Nasâ'î et Aboû Hâtim : Il est réprouvé dans le hadîth [mounkar al-hadîth]


Ainsi, les rapports qu'on trouve dans les Sunan d'Aboû Dawoûd, dans al-Mou’jam al-Awsat de l’imâm at-Tabarânî et dans al-Moustadrak ‘ala as-Sahihayn de l’imâm al-Hakîm an-Nisâboûrî sont tous faibles car on y retrouve le même individu dans la chaîne de transmission.

Concernant le hadîth tel qu'il est rapporté par l'imâm an-Nasâ'î, la chaîne de transmission comporte des personnes inconnues dont nous n'avons aucune information. Le père de Talq est inconnu, de même que
"Younoûss ibn Khabbâb" sur lequel on a parlé. Ces récits sont également rejetés.

Quant au hadîth rapporté par l'imâm Ahmad, il est déclaré faible parce qu'il s'y trouve un certain "Aboû Bakr ibn 'Abdullâh ibn Abî Maryam" qui est déclaré "faible" et que les chouyoukh d'après lesquels il cite le hadith ne sont pas cités : ils sont donc inconnus.

D'où sont tirées ces informations ? Nous les trouvons citées par le cheikh Shou'ayb al-Arna'oût et le cheikh 'Adîl Mourshid qui ont authentifié le Mousnad de l'imâm Ahmad (tome 39, p.379-381).

 
 


Ce hadîth est faible et il est donc rejeté...


Conclusion

Ainsi, même si plagiat il y a eu, ce n’est pas à mettre sur le compte du Prophète (paix et bénédictions sur lui), car il n’a jamais prononcé ce hadîth. On ne peut donc pas accuser le prophète Muhammad (paix et bénédictions sur lui) de plagier la Bible parce que ceci n'est pas vrai. De plus, le texte n'est pas vraiment identique. Quoi qu'il en soit cette question est réglée.

Voilà comment on clôt rapidement ce débat. Maintenant, voici deux "bonus game" bien mérités pour ces chrétiens.





Bonus Game 1 : Jésus plagie Jean-Baptiste ?



Quand nous lisons les évangiles, nous nous apercevons que Jésus (paix sur lui) aurait été un disciple du Baptiste et qu'il aurait prit son indépendance intellectuelle par la suite. Nous lisons dans l'évangile de Matthieu que Jean-Baptiste prêchait ceci :

Matthieu 3, 1-2
En ce temps-là parut Jean Baptiste, prêchant dans le désert de Judée. Il disait: Repentez-vous, car le royaume des cieux est proche.

Et quand Jésus a prit son indépendance, voici ce qu'il dit :

Matthieu 4,17
Dès ce moment Jésus commença à prêcher, et à dire: Repentez-vous, car le royaume des cieux est proche.

Jésus a même repris les mimiques (insultes) de Jean-Baptiste :

Matthieu 3, 7
Mais, voyant venir à son baptême beaucoup de pharisiens et de sadducéens, il [Jean-Baptiste] leur dit: Races de vipères, qui vous a appris à fuir la colère à venir ?


Et on voit Jésus reprendre ce même type d'expression à l'encontre de ses contradicteurs:

Matthieu 12, 34
Races de vipères, comment pourriez-vous dire de bonnes choses, méchants comme vous l'êtes ? Car c'est de l'abondance du cœur que la bouche parle.

Whoua !!! Quel plagiat ! Posons-nous les bonnes questions, Jésus a-t-il répété les enseignements du Baptiste ? 



Bonus Game 2 : La Bible plagie la Bible !



Nous allons mettre en parallèle 2 passages de 2 livres différents de la Bible et regarder ce petit jeu de copier-coller qui s'est immiscé dans la soit-disante Parole de Dieu: Synopse dans le livre d'Isaïe et de 2 Rois : (Les seules différences entre ces textes sont indiquées en rouge).



2 Rois 19


1 Lorsque le roi Ezéchias eut entendu cela, il déchira ses vêtements, se couvrit d'un sac et se rendit à la maison de l'Éternel.

2 Et il envoya Eliakim, préfet du palais, Sebna, le secrétaire, et les Anciens des prêtres, couverts de sacs, vers Esaïe le prophète, fils d'Amots.

3 Et ils lui dirent : Ainsi a dit Ezéchias : Ce jour est un jour d'angoisse, de châtiment et d'opprobre ; car l'enfant est prêt à sortir du sein, mais la force manque pour enfanter.

4 Peut-être l'Éternel ton Dieu entendra-t-il toutes les paroles de Rabsaké, que le roi d'Assyrie, son maître, a envoyé pour outrager le Dieu vivant, et l'Éternel, ton Dieu, punira-t-il les paroles qu'il a entendues, et tu offriras une prière pour le reste du peuple qui subsiste encore.

5 Les serviteurs du roi Ezéchias vinrent donc vers Esaïe.

6 Et Esaïe leur dit : Vous direz ceci à votre maître : Ainsi a dit l'Éternel : Ne t'effraie point des paroles que tu as entendues et par lesquelles les valets du roi d'Assyrie m'ont blasphémé.

7 Voici, je vais mettre en lui un esprit, de sorte qu'en recevant une certaine nouvelle, il retournera dans son pays ; et je le ferai tomber par l'épée dans son pays.

8 Et Rabsaké s'en retourna et trouva le roi d'Assyrie assiégeant Libna ; car il avait appris qu'il était parti de Lakis.

9 Or [Sanchérib] reçut la nouvelle que, voici, Tirhaka, roi d'Ethiopie, s'était mis en campagne pour l'attaquer. Et il envoya de nouveau des messagers à Ezéchias, disant :

10 Vous parlerez ainsi à Ezéchias, roi de Juda, et lui direz : Ne te laisse pas abuser par ton Dieu, dans lequel tu te confies, disant : Jérusalem ne sera point livrée aux mains du roi d'Assyrie.

11 Voici, tu as entendu ce que les rois d'Assyrie ont fait à tous les pays, comment ils les ont exterminés ; et toi, tu serais délivré !

12 Les ont-ils délivrées, les dieux des nations que mes pères ont détruites : Gozan, Haran, Retseph, et les fils d'Eden, qui sont à Thélassar ?

13 Où sont le roi de Hamath, le roi d'Arpad et le roi de la ville de Sépharvaïm, d'Héna et d'Ivva ?

14 Et Ezéchias prit la lettre de la main des envoyés et la lut ; puis il monta à la maison de l'Éternel. Et Ezéchias la déploya devant l'Éternel.

15 Et Ezéchias adressa cette prière à l'Éternel : Eternel, Dieu d'Israël, qui trônes sur les chérubins ! Toi seul est le Dieu de tous les royaumes de la terre ; c'est toi qui as fait les cieux et la terre.

16 Incline l'oreille, ô Eternel, et entends ; ouvre les yeux, ô Eternel, et vois ; et entends les paroles de Sanchérib, qu'il a envoyées pour outrager le Dieu vivant.

17 Il est vrai, ô Eternel, que les rois d'Assyrie ont exterminé les nations et leurs pays,

18 et qu'ils ont jeté au feu leurs dieux, car ce n'étaient point des dieux, mais des ouvrages de main d'homme, du bois, de la pierre, et ils les ont détruits.

19 Et maintenant, Eternel notre Dieu, sauve-nous, je te prie, de la main de Sanchérib, et que tous les royaumes de la terre sachent que toi, Eternel ! Tu es Dieu, toi seul.

20 Et Esaïe, fils d'Amots, envoya dire à Ezéchias : Ainsi a dit l'Éternel, le Dieu d'Israël : J'ai entendu la prière que tu m'as faite au sujet de Sanchérib, roi d'Assyrie.

21 Voici la parole que l'Éternel a prononcée sur lui : La vierge, fille de Sion, te méprise, elle se moque de toi ; la fille de Jérusalem hoche la tête derrière toi !

22 Qui as-tu outragé et blasphémé ? Contre qui as-tu élevé la voix et porté les yeux en haut ? Contre le Saint d'Israël.

23 Par tes messagers tu as outragé le Seigneur, et tu as dit : Avec la multitude de mes chars, moi, j'ai gravi le sommet des montagnes, [j'ai pénétré dans] les profondeurs du Liban ; je couperai ses plus hauts cèdres et ses plus beaux cyprès ; je parviendrai jusqu'à son dernier gîte, à sa forêt la plus belle !

24 Je creuse, et les eaux étrangères jaillissent pour moi ; je dessèche, avec la plante de mes pieds, tous les fleuves d'Egypte !

25 N'as-tu pas appris comment j'ai préparé toutes ces choses et les ai formées dès longtemps, dès les jours d'autrefois ? Maintenant je les fais arriver, en sorte que tu réduises les villes fortifiées en monceaux de ruines.

26 Et leurs habitants, les mains tremblantes, ont été épouvantés et confus ; ils sont devenus semblables au gazon des champs, à la verdure des prés, à l'herbe des toits, à un blé encore sans tige.

27 Mais je connais quand tu t'assieds et quand tu sors et quand tu entres, et comment tu es en fureur contre moi.

28 Parce que ta fureur et ton arrogance sont montées à mes oreilles, je mettrai mon anneau dans ta narine et mon mors dans ta bouche, et je te ferai retourner par le chemin par lequel tu es venu !

29 Et ceci te servira de signe : On mange cette année le fruit du grain tombé, et la seconde année ce qui a crû de soi-même ; mais la troisième année vous sèmerez et vous moissonnerez ; vous cultiverez vos vignes et vous en mangerez le fruit.

30 Et le reste de la maison de Juda, qui sera réchappé, poussera de nouveau des racines en bas et du fruit en haut.

31 Car de Jérusalem il sortira un reste, et des réchappés de la montagne de Sion. Le zèle de l'Éternel fera cela !

32 C'est pourquoi, ainsi a dit l'Éternel, au sujet du roi d'Assyrie : Il n'entrera point dans cette ville ; il n'y lancera pas de flèche ; il ne tournera pas contre elle de bouclier ; et il n'élèvera pas de terrasse contre elle.

33 Il s'en retournera par le chemin par lequel il est venu, et il n'entrera point dans cette ville, a dit l'Éternel.

34 Je protège cette ville pour la sauver, à cause de moi et à cause de David, mon serviteur.

35 Et il arriva cette nuit-là que l'ange de l'Éternel sortit et frappa, dans le camp des Assyriens, cent quatre-vingt-cinq mille hommes ; et quand on se leva le matin, voilà, c'étaient tous des corps morts.

36 Et Sanchérib, roi d'Assyrie, leva son camp et partit et s'en retourna et demeura à Ninive.

37 Et il arriva, comme il était prosterné dans la maison de Nisroc, son Dieu, qu'Adrammélec et Sareetser le tuèrent avec l'épée ; et ils s'enfuirent au pays d'Ararat ; et Asarhaddon, son fils, devint roi à sa place.

Isaïe 37


1 Lorsque le roi Ezéchias eut entendu cela, il déchira ses vêtements, se couvrit d'un sac et se rendit à la maison de l'Éternel.

2 Et il envoya Eliakim, préfet du palais, Sebna, le secrétaire, et les anciens des prêtres, couverts de sacs, vers le prophète Esaïe, fils d'Amots.

3 Et ils lui dirent : Ainsi a dit Ezéchias : Ce jour est un jour d'angoisse, de châtiment et d'opprobre ; car l'enfant est prêt à sortir du sein, mais la force manque pour enfanter.

4 Peut-être l'Éternel, ton Dieu, entendra-t-il les paroles de Rabsaké, que le roi d'Assyrie, son maître, a envoyé pour outrager le Dieu vivant, et l'Éternel, ton Dieu, punira-t-il les paroles qu'il a entendues ; et tu offriras une prière pour le reste du peuple qui subsiste encore !

5 Les serviteurs du roi Ezéchias vinrent donc vers Esaïe,

6 et Esaïe leur dit : Vous direz ceci à votre maître : Ainsi a dit l'Éternel : Ne t'effraie point des paroles que tu as entendues et par lesquelles les valets du roi d'Assyrie m'ont blasphémé.

7 Voici, je vais mettre en lui un esprit, de sorte qu'en recevant une certaine nouvelle, il retournera dans son pays ; et je le ferai tomber par l'épée dans son pays.

8 Rabsaké s'en retourna et trouva le roi d'Assyrie assiégeant Libna ; car il avait appris qu'il était parti de Lakis.

9 Or, Sanchérib reçut la nouvelle que Tirliaka, roi d'Ethiopie, s'était mis en campagne pour l'attaquer ; apprenant cela, il envoya des ambassadeurs à Ezéchias en disant :

10 Vous parlerez ainsi à Ezéchias, roi de Juda, et lui direz : Ne te laisse pas abuser par ton Dieu, en qui tu te confies, disant Jérusalem ne sera point livrée aux mains du roi d'Assyrie.

11 Voici, tu as entendu ce que les rois d'Assyrie ont fait à tous les pays, comment ils les ont exterminés ; et toi, tu serais délivré !

12 Les ont-ils délivrées, les dieux des nations que mes pères ont détruites : Gozan, Haran, Retseph, et les fils d'Eden, qui sont à Télassar ?

13 Où sont le roi de Hamath, le roi d'Arpad et le roi de la ville de Sépharvaïm, d'Héna et d'Ivva ?

14 Et Ezéchias prit la lettre de la main des envoyés et la lut ; puis il monta à la maison de l'Éternel. Et Ezéchias la déploya devant l'Éternel ;

15 et Ezéchias fit cette prière à l'Éternel :

16 Eternel des armées, Dieu d'Israël, qui trônes sur les chérubins ! Toi seul es le Dieu de tous les royaumes de la terre ; c'est toi qui as fait les cieux et la terre.

17 Incline l'oreille, ô Eternel, et entends ; ouvre les yeux, ô Eternel, et vois ! Entends toutes les paroles de Sanchérib, qu'il a envoyées pour outrager le Dieu vivant.

18 Il est vrai, ô Eternel, que les rois d'Assyrie ont exterminé tous les pays et leur pays,

19 et qu'ils ont jeté au feu leurs dieux ; car ce n'étaient point des dieux, mais des ouvrages de main d'homme, du bois, de la pierre, et ils les ont détruits.

20 Et maintenant, Eternel, notre Dieu, sauve-nous de la main de Sanchérib et que tous les royaumes de la terre sachent que toi seul es l'Éternel !

21 Alors Esaïe, fils d'Amots, envoya dire à Ezéchias : Ainsi a dit l'Éternel, moi, le Dieu d'Israël, que tu as invoqué au sujet de Sanchérib, roi d'Assyrie :

22 Voici la parole que l'Éternel a prononcée sur lui : La vierge, fille de Sion, te méprise, elle se moque de toi ; la fille de Jérusalem hoche la tête derrière toi !

23 Qui as-tu outragé et blasphémé ? Contre qui as-tu élevé la voix et porté les yeux en-haut ? Contre le Saint d'Israël.

24 Par tes serviteurs, tu as outragé le Seigneur, et tu as dit : Avec la multitude de mes chars, moi, j'ai gravi le sommet des montagnes, j'ai pénétré dans les profondeurs du Liban ; je couperai ses plus hauts cèdres et ses plus beaux cyprès ; j'atteindrai sa dernière cime, sa forêt la plus belle !

25 Je creuse, et les eaux jaillissent pour moi ; je dessèche, avec la plante de mes pieds, tous les fleuves d'Egypte !

26 N'as-tu pas appris comment j'ai préparé toutes ces choses et les ai formées dès longtemps, dès les jours d'autrefois ? Maintenant je les fais arriver, en sorte que tu réduises les villes fortifiées en monceaux de ruines ;

27 et leurs habitants, les mains tremblantes, ont été épouvantés et confus ; ils sont devenus semblables au gazon des champs, à la verdure des prés, à l'herbe des toits, à un blé encore sans tige.

28 Mais je connais quand tu t'assieds et quand tu sors et quand tu entres, et comment tu es en fureur contre moi ;

29 parce que ta fureur et ton arrogance sont montées à mes oreilles, je mettrai mon anneau dans ta narine et mon mors dans ta bouche, et je te ferai retourner par le chemin par lequel tu es venu !

30 Et ceci te servira de signe : on mange cette année le fruit du grain tombé, et la seconde année ce qui a cru de soi-même ; mais la troisième année vous sèmerez et vous moissonnerez ; vous cultiverez vos vignes et vous en mangerez le fruit.

31 Et le reste de la maison de Juda, qui sera réchappé, poussera de nouveau des racines en bas et portera du fruit en haut ;

32 car de Jérusalem il sortira un reste, et des réchappés de la montagne de Sion. Le zèle de l'Éternel des armées fera cela !

33 C'est pourquoi, ainsi a dit l'Éternel au sujet du roi d'Assyrie : Il n'entrera point dans cette ville ; il n'y lancera pas de flèche ; il ne tournera pas contre elle de bouclier ; et il n'élèvera pas de terrasse contre elle ;

34 il s'en retournera par le chemin par lequel il est venu, et il n'entrera point dans cette ville, a dit l'Éternel ;

35 je protège cette ville pour la sauver, à cause de moi et à cause de David, mon serviteur.

36 Et l'ange de l'Éternel sortit et frappa, dans le camp des Assyriens, cent quatre-vingt-cinq mille hommes ; et quand on se leva le matin, voilà, c'étaient tous des corps morts.

37 Et Sanchérib, roi d'Assyrie, leva son camp et partit et s'en retourna et demeura à Ninive.

38 Et il arriva, comme il était prosterné dans la maison de Nisroc, son dieu, qu'Adrammélec et Sareetser, ses fils, le tuèrent avec l'épée ; et ils s'enfuirent au pays d'Ararat ; et Asarhaddon, son fils, devint roi à sa place.



Voici les seules différences textuelles qui existent dans ces 2 longs chapitres de ces 2 livres qui sont indiquées en rouge dans les textes ci-dessus:


Verset 4

toutes : absent dans d'Esaïe.


Verset 9

voici ; de nouveau : absent dans d'Esaïe.


Verset 16

Eternel. Dans Esaïe : Eternel des armées. De même verset 32


Verset 19

je te prie ; tu es Dieu : absent dans d'Esaïe.


Verset 20

J'ai entendu : absent dans d'Esaïe.


Verset 23

Messagers, dernier gîte. Dans Esaïe : serviteurs, dernière cime.


Verset 24

étrangères : absent dans d'Esaïe.


Verset 38

Esaïe porte après Sareetser : Ses fils.


Quelle conclusion pouvons nous en tirer, hormis le fait que l'un des 2 auteurs a forcément copié l'autre? Il y a quelques ajouts ou suppressions dus à des retouches ou des erreurs de copiste comme aiment à le rappeler juifs et chrétiens. Dieu a-t-Il pu répéter tous ces mots à l'identique ? Si oui, nous demandons pour quelle raison ?

Pourquoi avoir fait deux chapitres identiques n'apprenant rien de nouveau aux croyants ?


Pourquoi y a-t-il des différences alors qu'il s'agit de passages identiques littérairement parlant ? Cet exemple n'est qu'un fragment d'un puzzle de mille pièces.


La Bible fourmille d'exemples comme ceux-là, voir ici pour plus de 400 copier-coller au sein même de la Bible (en 6 parties) :


http://contratak.blog4ever.com/blog/lire-article-246178-1024175-la_bible_complete_en__synoptique_.html


http://contratak.blog4ever.com/blog/lire-article-246178-1024191-la_bible_complete_en__synoptique___partie_2_.html


http://contratak.blog4ever.com/blog/lire-article-246178-1024197-la_bible_complete_en__synoptique___partie_3_.html


http://contratak.blog4ever.com/blog/lire-article-246178-1024203-la_bible_complete_en__synoptique___partie_4_.html


http://contratak.blog4ever.com/blog/lire-article-246178-1024205-la_bible_complete_en__synoptique___partie_5_.html


http://contratak.blog4ever.com/blog/lire-article-246178-1024211-la_bible_complete_en__synoptique___partie_6_.html





Wa Allahou a’lam - Dieu Sait mieux ce qu'il en est !



Comments