Le Prophète Muhammad (sws) aurait commandité le meurtre d'Oum Qirfa !?!


Le Prophète Muhammad (sws) aurait commandité le meurtre d'Oum Qirfa !?!



par le Collectif sahab-ed-dine
Création : 04/2010

 


1         Introduction

 

Les missionnaires chrétiens avancent l’idée que le Prophète (saws) aurait ordonné de tuer Oum Qirfa. Ils disent que c'est le meurtre le plus atroce commandité par Muhammad (sws) parce qu'il n'acceptait pas qu'une femme soit dirigeante: "Oum Qirfa a été écartelée par des chameaux puis découpée en morceaux et décapitée, sa tête a été apportée au Prophète qui a ordonné que tout Médine la voit". Nous allons démontrer une fois de plus le mensonge qui se cache derrière cette autre allégation.


Remarque : les traductions en vert ne sont pas les nôtres et sont issues du site islamophobe islamophobe "islam-document". Elles laissent à désirer, principalement sur les dénominations des personnages et sur les expressions employées.


Voici les rapports en question :


- Version d'ibn Hishâm, (incomplètement citée par les auteurs de l'attaque) Conduite de l'envoyé d'Allah 980:

Il les affronta au Wadi al Qura et en tua quelques-uns. (...) Umm Qirfa bint Rabia ibn Badr fut faite prisonnière. C’était une vieille femme, épouse de Malik. Sa fille et Abdullah ibn Masada furent également capturés.


- Version de Tabari, (incomplètement citée par les auteurs de l'attaque) Histoire des prophètes et des rois VIII 1557:

Cette année, une expédition conduite par Zayd ibn Harithah fu mise sur pied contre Umm Qirfah, au mois de ramadan. Pendant cette attaque, Umm Qirfah (de son vrai nom Fatimah bint Rabiah ibn Badr) subit une mort cruelle. Il attacha ses jambes avec deux cordes, et ensuite à deux chameaux, et ils la déchirèrent en deux morceaux. C’était une très vieille femme.

-  Version d'ibn Sad, Tabaqat II 111-2:

Zayd ibn Haritha partit pour faire du commerce avec la Syrie. Il avait avec lui des biens appartenant aux compagnons du prophète. Alors qu’il était près de Wadi al Qura, des hommes des Fazara, un groupe des Banu Badr, les affronta, les maltraita et leur vola leurs biens. Zayd se remit de ses blessures, puis revint auprès de l’apôtre d'Allah et l’informa à ce propos. L’apôtre d'Allah le renvoya contre eux. Ils se cachaient le jour et se déplaçaient la nuit. Les Banu Badr se sont rendus compte de leurs mouvements. Un matin, Zayd et ses compagnons firent leur takbir, les cernèrent et capturèrent Umm Qirfah, dont le nom était Fatima bint Rabia ibn Badr, et sa fille al Jariya bint Malik ibn Hudahyada ibn Badr.
Celui qui a capturé al Jariyah était Maslama ibn al Akwa. Il l’offrit à l’apôtre d'Allah. Ensuite, l’apôtre d'Allah l’offrit à Hazn ibn Abu Wahb. Qays ibn al Muhassir s’occupa alors d’Umm Qirfa. Il l’exécuta sans pitié. Il lui attacha les jambes avec une corde et les attacha à deux chameaux. Il les fit avancer et ainsi, ils la tuèrent. Il tua aussi al Numan et Ubaydallah les fils de Masadah ibn Hakama. Zayd ibn Haritha rentra auprès du prophète et frappa à sa porte. Il se précipita vers lui, le tenant par ses vêtements ; il le serra et l’embrassa, lui demandant de l’informer.
Zayd l’informa de la victoire qu’Allah lui avait offert.


2         Analyse de l'allégation

Les islamophobes ou détracteurs de la vérité aiment inventer des histoires arrangées à leurs sauces. Ils prétendent qu'Oum Qirfa était une femme juste, innocente et qu'elle n'avait rien fait de mal. Elle fut sauvagement assassinée sur l'ordre du Prophète (saws) selon eux, puis décapitée et sa tête fut exposée un peu partout. Ils disent aussi que sa fille fut violée et d'autres inepties de ce genre. Il nous faut donc analyser les textes, chose que nos amis ne font pas, et vérifier si leurs dires sont véridiques ou non.

Plusieurs versions rapportent cette histoire, mais cependant il s'y trouve différents problèmes quant à la date où eut lieu cet assassinat et et qui dirigea les opérations.

- Ad-Daraqoutni dans ses Sunans au hadith n°3249 et Al-Bayhaqi dans ses Sunans al-Koubra 8/204 (hadith faible) disent qu'elle fut tuée sous le Khalifa d'Abou Bakr (raa), premier Khalife de l'Islam après la mort du Prophète (saws).

- Les livres de la Sira (biographie du Prophète (saws)) placent cette histoire durant l'apostolat prophétique mais sans réelle précision et disent que ce fut Zayd ibn Haritha (raa) qui mena la campagne contre elle.

- Muslim dit dans son Sahih au Hadith 3299, que c'est Abou Bakr qui mena la campagne contre cette tribu pendant que le Prophète (sws) était toujours en vie.


Que s'est-il passé selon les rapports ? Les musulmans sont-ils en tords ? Ont-ils fait quelque chose de mal qui aurait ensuite dégénéré et ce serait fini comme nous le voyons dans les livres de Sira ? Voici quelques éléments de réponses qui seront très utiles:

Zayd ibn Haritha (raa) revenait d'un voyage commercial avec des marchandises pour les Compagnons du Prophète (saws). Lorsqu'il fut proche de Wadi al Qoura, la tribu des Fazaras leur tomba dessus et les dépouillèrent. Le chef de cette tribu était justement Oum Qirfa. Ils se firent attaqué et plusieurs musulmans périrent (9 précisément sur 12) et Zayd ibn Haritha (raa) fut blessé dans cet affrontement

Zayd (raa) en fit part au Prophète Muhammad (saws) qui lui dit d'attaquer de nuit par surprise pour venger cette attaque et qu'elle ne reste pas sans justice. Zayd (raa) les attaqua donc à Wadi al Qoura et en tua plusieurs parmi eux. Qays ibn Muhassir tua Mas'ada ibn Hakama. Puis, Oum Qirfa, sa fille et 'Abdallah ibn Mas'ada furent fait prisonniers. 

Zayd (raa) ordonna à Qays ibn Muhassir de tuer Oum Qirfa, la chef de cette tribu qui avait causé la mort de plusieurs musulmans en les attaquant pendant leur voyage commercial. Qays la fit écarteler par des chameaux puis elle mourut assez tragiquement. Ces rapports sont ceux de Tabarid'Ibn Sa'd et d'Ibn Hisham.


"Point 848: Au mois de Ramadhan 6 de l'hégire, Zayd ibn Haritha (raa), alors qu'il était à la tête d'une caravane de commerce, tomba dans une embuscade lors de la traversée du territoire des ghatafan. Tous ses compagnons furent tués, et les marchandises pillées. Zayd (raa), bléssé, rentra à Médine, pour en ressortir de nouveau à la tête d'un détachement militaire de représailles: il rencontra l'ennemi près de Wadi' al-Qura, et fit prisonnière entre autre, Oum Qirfa et sa fille Jariyah. Cette Oum Qirfa, cousine de 'Uyaynah, avait 13 fils, et était si respectée qu'il suffisait que l'on apporta son Hijab pour que les Ghatafanides cessassent toutes guerres intestines ; elle mettait tous ses efforts depuis déjà longtemps à inciter sa tribu contre le Prophète (sws) et à la rassembler en vue de pillage en territoires Islamique. Zayd (raa) la fit mettre à mort ce qui n'était pas pour apaiser les esprits."

(Le Prophète de l'Islam (sws), Muhammad Hamidullah, éditions al-Falah 2009, p.401)

Le Cheikh Al-Moubarakfouri ajoute dans son livre de la vie du Prophète (saws) "Ar-Raheeq al-Makhtoum" p.456 ce qui suit concernant cet événement:

"La tribu des Fazaras voulait assassiner le Prophète (saws) de l'Islam. Alors celui-ci envoya Abou Baker (raa)...Oum Qirfa voulant assassiner le Prophète (saws), avait, à cette fin, équipé 30 cavaliers se réclamant de sa famille. Elle eut cependant la rétribution de ce qu'elle méritait et ses 30 cavaliers furent tués." 


Notons que ces deux savants se basent sur les récits historiques et biographiques pour établir qu'elle fut tuée. Nous ne prétendons pas avoir la science de ces savants, mais nous nous permettrons quelques remarques contradictoires. Nous allons démontrer, si Dieu le veut, que ces rapports sont tout sauf véridiques.


Premièrement, il y a donc une grosse divergence sur ce qui se passa et sur la personne qui fut envoyée en mission.


Résumons donc ce qui vient d'être dit pour avoir une idée précise sur le sujet et qui poussera le lecteur intelligent à comprendre ce qui s'est réellement passé:


- La chef de tribu Oum Qirfa préparait une attaque contre le Prophète (sws).

- Sa tribu attaqua les musulmans pendant un voyage commercial, tua 9 musulmans et pillèrent leurs marchandises.

- Les musulmans ensuite préparèrent une attaque pour punir cette tribu qui s'en était pris aux musulmans.

- L'attaque fut menée par Zayd (raa) et c'est lui qui ordonna la mort d'Oum Qirfa dans ces circonstances, du moins celles rapportées dans les Sira, car dans les récits authentiques de Muslim et de Daraqoutni, ce fut Abou Baker (raa) qui mena la campagne et il n'est pas question de ce meurtre comme il est rapporté dans les livres historique d'Ibn Hisham, de Tabari et d'Ibn Sa'd.

- Ce meurtre ne fut pas ordonné par le Prophète Muhammad (saws) , l'allégation tombe donc à l'eau puisque d'après eux, ce serait lui qui ordonna cette mort.

- Cette peine de mort n'existe pas en Islam, et la manière dont elle fut tuée (selon les versions historiques et biographiques) ne repose sur aucun enseignement Coranique ni Prophétique. Il est important de le souligner puisque certaines personnes pourraient penser que l'Islam est barbare par cet exemple.

Or, que les musulmans se rassurent et que les non-musulmans y regardent de plus près, le Prophète (saws) n'a jamais ordonné ce meurtre et la façon dont cette mort fut accomplie est déplorable et non Islamique (toujours selon les récits non-authentiques).

- Quant au fait qu'elle fut coupée en morceaux et que sa tête fut emmenée à Médine et qu'on l'exposa ainsi un peu partout dans la ville, ce ne sont que des mensonges de premier ordre et aucun texte authentique ne vient appuyer et confirmer cela.


Pour en venir ensuite à sa fille qui selon eux aurait été violée, ils ne basent leur argumentation que sur un livre historique et non authentique. Selon le livre des Ahadith authentiques de l'Imam Muslim (l'une des références principales en Islam), il ne lui arriva rien car le Prophète (sws) intervint pour récupérer cette fille et faire d'elle une rançon afin de délivrer des prisonniers musulmans en échange contre elle.


Tandis que selon la version des Sira, Hazn ibn Abou Wahb (raa) la viola et elle enfanta de lui un enfant nommé 'Abd ar-Rahman. Alors qui croire ? Un récit authentique ou un récit qui sort de nulle part ? Depuis quand les livres historiques de Tabari, d'Ibn Sa'd, de Waqidi, de ibn Ishaq et d'Ibn Hisham... sont ils des références indiscutables en Islam ?


Que l'on apporte une seule preuve, un seul savant de l'Islam de tous temps qui approuve ce fait pour que la version de ces livres soient préférée à celle du Sahih de Muslim comme le stipule l'injonction Coranique en Sourate 2,111: "Apportez votre preuve si vous êtes véridiques".


Le viol est punissable de mort ou d'une grosse punition dans le droit Islamique. Et si certains plaisantins voudraient apporter un hadith de Muslim bien connu pour dire que le viol des captives est permis en Islam, qu'ils sachent que d'une part cela est une machination de leur part et une pensée diabolique, et d'autre part que nous expliquerons ce cas dans un autre sujet inch'Allah pour montrer la fausseté de cette assertion.

La vérité quant à ce qui s'est déroulé concernant la fille d'Oum Qirfa est qu'elle fut donnée à Salama (raa) qui ne la toucha pas d'un poil ni la première nuit ni le deuxième jour, c'est ce qu'il avoua au Prophète (saws) et nous savons par les différents exemples contenus dans la tradition Prophétique que lorsqu'une action mauvaise est accomplie contre une personne sans défense ou sur un innocent, le Prophète (saws) demandait justice et pouvait même être contre l'acte du musulman.

Voici le Hadith de Muslim qui permettra d'y voir plus clair dans cette affaire et d'innocenter le Prophète (sws), le viol par un Compagnon (raa), la mise à mort brutale par Zayd et Qays (raa) puisque cette histoire ne provient pas d'un récit authentique comme celui que nous présentons maintenant et qui éradique l'allégation dans tous ses points: 


"Ias ibn Salama (raa) raconte: "Mon père a raconté le récit suivant: " Un jour, où nous étions en expédition contre la tribu des Fazaras, sous la direction d'Abou Bakr (raa) déjà nommé par le Prophète d'Allah (sws), Abou Bakr nous a ordonné de descendre en fin de la nuit, à une marche d'une heure de distance des eaux avant d'attaquer (l'ennemi). Après une courte halte, il (Abou Bakr (raa)) s'est dirigé jusqu'aux eaux où nous avons, sous sa conduite, tué plusieurs ennemis et détenu d'autres captifs.

Ensuite, j'ai regardé une foule de gens parmi lesquels des femmes et des enfants. Alors j'ai eut crainte de les voir me devancer jusqu'à la montagne. C'est pourquoi, j'ai lancé une flèche entre eux et la montagne. Quand ils ont vu la flèche, ils se sont arrêtes. A ce moment là, j'ai conduits, ces derniers gens dont une femme qui était une descendante des Banu Fazaras (Oum Qirfa) portant un vêtement de cuir et accompagnant une fille, l'une des plus belles des arabes. Je les ai conduits tous chez Abou Bakr (raa), qui m'a donné, pour butin (excèdent), la fille de la susdite femme (Oum Qirfa). Je n'ai dévoilé cette fille d'aucun de ses vêtements jusqu'à notre arrivée à Médine. Enfin, me rencontrant au marché, le Messager d'Allah (sws) me dit: "Oh Salama, offre moi, comme don, la femme (que tu as eut comme butin)". Je lui ai répondu: "Oh Messager d'Allah (sws), je jure, par Allah, qu'elle m'a beaucoup plu. En outre, je ne l'ai pas dévoilée d'aucun de ses habits". Au lendemain, me rencontrant au marché, le Messager d'Allah (sws) me dit: "Oh Salama, offre moi, comme don, la femme, qu'Allah soit bienveillant pour ton père !". Je lui ai répondu: "elle est à toi, oh Messager d'Allah (sws) ! Je jure que je ne l'ai pas dévoilée de l'un de ses vêtements". De son coté, le Messager de Dieu a envoyé la jeune femme en rachetant, en échange d'elle, des musulmans déjà captivés à la Mecque."

(Rapporté par Mouslim, hadith n°2019, édition Dar Al-Kotob Al-Ilmiyah, 2003, vol.II, p.407)


Nous pensons qu'il n'y a rien d'autre à ajouter, d'une part la fille ne fut point violée ni même déshabillée d'un seul de ses vêtements, d'autre part, le fameux meurtre d'Oum Qirfa n'est même pas mentionné alors qu'elle est implicitement citée dans le hadith !

L'expédition selon Muslim, recueil bien plus authentique que les Sira traditionnelles rappelons-le, est diamétralement opposée à la version rapportée dans les livres d'Histoire de l'Islam qui ne sont en rien des livres authentiques mais plutôt des chroniques qui retracent les débuts de l'Islam avec du vrai et du faux.

En effet, aucune vérification des traditions rapportées ne fut effectuée avec rigueur.

Preuve en est de la version ci-dessous rapportée par At-Tabari sur cet événement qui diffère totalement de la version de Muslim que nous venons d'écrire ci-dessus (les morceaux en gras sont les principales différences entre les récits):

"Selon Ibn Humayd - Salama- Ibn Ishaq - 'Abdallah ibn abou Bakr, qui dit: " Le Messager de Dieu (saws) envoya Zayd ibn Haritha à Wadi al Qoura où il affronta la Banu Fazaras. Plusieurs de ses compagnons furent tués là-bas et Zayd lui-même fut bléssé parmi ceux qui furent tués. L'un de ceux qui sont morts était Ward ibn 'Amr...Il fut tué par l'un des Banu Badr (Fazaras). Lorsque Zayd rentra, il jura de ne pas se laver de son impureté (sexuelle) tant qu'il n'aura pas combattu les Fazaras. Après qu'il se soit soigné ses blessures, le Messager de Dieu (saws) l'envoya avec une armée contre les Banu Fazaras.

Il les rencontra à Wadi al Qoura et leur infligea une vengeance. Qays ibn al Muhassir al-Ya'muri tua Mas'ada ibn Hakama ibn Malik ibn Badr et prit Oum Qirfa comme prisonnière. (Son vrai nom était Fatimah bint Rabi'a bint Badr. Elle était mariée à Malik ibn Hudhayfa ibn Badr. Elle était très âgée.) Il prit aussi une des filles de Oum Qirfa et 'Abdallah ibn Mas'ada comme prisonniers. Zayd ibn Haritha ordonna à Qays de tuer Oum Qirfa, et il la tua cruellement.  Il attacha ses jambes avec deux cordes, et ensuite à deux chameaux, et ils la déchirèrent en deux morceaux. Ensuite, ils apportèrent la fille de Oum Qirfa et 'Abdallah ibn Mas'ada au Prophète (sws). Le fille de Oum Qirfa fut donné à Salama ibn 'Amr ibn al Akwa' qui la prit...Le Messager de Dieu (sws) la demanda à Salama et Salama la lui donna. Il la donna ensuite à son oncle maternel, Hazn ibn Abou Wahb et elle lui enfanta 'Abd ar-Rahman ibn Hazn.

("Chroniques de Tabari", la victoire de l'Islam traduit par Michael Fishbein, Volume 8 p.95-97, année 1997)


Regardons ce tableau de comparaison pour comprendre les divergences entre les différents récits


Histoire, déroulement des faits

Version d'At-Tabarî

Version Authentique de Muslim

Qui fut envoyé par le Prophète (sws) en mission ?


Zayd ibn Haritha (raa)Abou Bakr (raa), le premier Khalife de l'Islam

Qui ordonna de tuer Oum Qirfa et qui l'accomplit ?


Zayd ibn Haritha ordonna et Qays ibn al-Musahar la tuaNon spécifié
De quelle manière fut-elle tuée ? Elle fut écartelée

Non spécifié, mais certainement pas de cette façon, pas sous le commandement d'Abou Baker (raa).
De toute manière selon le récit de Muslim,
nous ne pouvons même pas dire qu'elle fut tuée !

La fille d'Oum Qirfa fut-elle abusée sexuellement ?


Non, elle fut donnée (mariage ? Captive de guerre ?) par le Prophète (saws) à son oncle maternel Hazn ibn Abou Wahb (raa) qui la mettra enceinte et aura d'elle un filsLe Prophète (saws) la réclama à Salama (raa) qui ne la toucha pas et ne la donna à personne puisqu'il la rançonna contre des musulmans captifs de guerre à la Mecque


Nous pouvons constater que la version d' At-Tabarî est défectueuse et ne correspond pas à la version rapporté par Muslim avec des rapporteurs et des transmetteurs sûrs. La version d'Ibn Hisham est identique à celle d'At-Tabarî à la différence près que ce dernier ajoute la manière dont elle fut exécutée (écartèlement) dont on a aucune source sur l'origine de cette information. C'est tout de même l'un des points crucial de l'affaire et de l'allégation contre le Prophète (sws): un meurtre pratiqué de façon barbare.


Vérifions dans le tahqiq (vérification) de l'œuvre d'At-Tabarî faite par l'imam Muhammad b. Tâhir Al-Barzanjî, Da'îf Tarîkh At-Tabarî, Tome 7, p.175-176 :



 


Comme nous pouvons le voir, At-Tabarî n'a fait que citer le texte d'Ibn Ishâq. Il est écrit explicitement à propos de cette histoire :

"Sa chaîne de transmission jusqu'à Ibn Ishâq est faible ; et la chaîne de transmission d'Ibn Ishâq est brisée/coupée."

Ce qui veut dire, que le récit est doublement faux. Dans la science du hadith, il est connu qu'un hadith brisée/coupée (mounqati') est à rejeter.


Muhammad Rashid Redha fait le commentaire suivant dans sa biographie du Prophète de l'Islam (sws) sur cette affaire:


"Cette dernière histoire est rapportée par al-Waqidi mais également mentionnée par Dahlan dans le deuxième volume de sa biographie du Prophète (sws). Pour ma part, je doute fort du nom de ce Qays qui a capturé Oum Qirfa qu'on dit ibn Muhassir, ibn Sahl ou encore Ibn al-Muhsin. Je conteste qu'il y ait un Compagnon du Prophète (sws) qui mutile une femme et la tue de cette façon cruelle, sachant que le Prophète (sws) a catégoriquement interdit de mutiler les corps. Il a en fait recommandé à 'Abd-ar-Rahman ibn 'Awf en l'envoyant à Dumat al-Jandal: "Partez tous au combat pour la cause de Dieu. Combattez alors ceux qui ont renié Dieu, et gardez-vous de frauder au butin, de trahir et de mutiler les cadavres. Ne tuez pas d'enfants. Ceci est un engagement vis-à-vis de Dieu et c'est la conduite de son Prophète (sws) parmi vous." Et ce, sachant que seul un mois sépare l'expédition de 'Abd-ar-Rahman ibn 'Awf de celle de Zayd ibn Haritha à Oum Qirfa. Nous verrons également que lors de l'expédition de 'Abdallah ibn 'Atik (contre Abou Rafi'), le Messager de Dieu (sws) leur avait interdit de tuer les femmes et les enfants (ce qui fut strictement observé). Par ailleurs, il est impossible que le Prophète (sws) apprenne la mort d'Oum Qirfa de cette façon cruelle sans manifester son indignation. C'est pourquoi l'histoire de l'écartèlement infligée à Oum Qirfa est irrecevable."

(Biographie de Muhammad (sws), le Messager de Dieu, Muhammad Redha, éditions Al-Maktaba al-Assrya 2009, p.680)


Pour compléter les remarques du cheikh Muhammad Redha, nous pouvons dire que la tradition islamique regorge d'enseignements interdisant clairement la mutilation des corps. Il est inconcevable que les compagnons du prophète (sws) aient pu se comporter de la sorte.

A ce titre, Sulaymân Ibn Abî Burayda rapporte d'après son père : "Lorsque l'Envoyé de Dieu (sws) désignait un émir à la tête d'un corps d'armée ou d'un corps expéditionnaire, il l'exhortait de se prémunir de Dieu et de faire le biens aux musulmans qu'il emmenait. Puis il disait :"Combattez, mais ne prélevez pas une part du butin, ne violez pas un pacte, ne mutilez pas les corps des ennemis, ne tuez pas les enfants."

(Sayyid Sabiq, Fiqh As-Sunna, éditions ENNOUR, Tome 3, p.53-54)


On rapporta à Mâlik que 'Omar Ibn 'Abdul-'Aziz (le plus célèbre des califes ommeyades) écrivit à l'un de ses préfets : "On nous rapporta que quand l'Envoyé de Dieu (sws) envoyait une troupe d'hommes, il leur disait : "Faites l'expédition au nom de Dieu et luttez dans la voie de Dieu. Vous abattrez ceux qui ne croient pas en Dieu ; ne fraudez pas, ne trahissez pas, ne défigurez pas vos victimes et ne tuez pas les enfants." A transmettre cela à ton armée et à tes troupes s'il plait à Dieu. Que la paix soit sur toi."
(Hadith rapporté par l'Imâm Mâlik dans son Muwatta dans le livre du jihad, chapitre sur l'interdiction de tuer les femmes et les enfants au cours des expéditions, hadith n°983)


Le prophète (sws) a explicitement interdit de tuer les femmes innocentes et les enfants.

Ibn 'Omar a rapporte que l'Envoyé de Dieu (sws) a vu au cours de l'une de ses expéditions une femme tuée ; il désapprouva cela et défendit par la suite de mettre à mort les femmes et les enfants.

(Hadith rapporté par l'Imâm Mâlik dans son Muwatta au n°981 ; rapporté par Al-Bukhârî n°3014 et 3015 ; rapporté par Mouslim n°1744 ; rapporte par Abû Dawoud n°2668 et authentifié par Al-Albânî ; rapporté par Ibn Mâja n°2310 et authentifié par Al-Albânî ; rapporté par At-Timirdhî n°1569 et authentifié par Al-Albânî ; rapporté par l'Imam Ahmad 6/334, 7/229, 8/210, 8/41 et 8/216)


Dans les recommandations que l'Envoyé de Dieu (sws) faisaient à ses lieutenants, nous pouvons citer les traditions suivantes :

Lorsque l'Envoyé de Dieu (sws) voulut nous envoyer au Yémen, Mu'âdh et moi, il nous dit : "Facilitez et n'entravez pas ; annoncez la bonne nouvelle et n'inspirez pas de l'antipathie, agissez dans un but de conciliation et non dans un but de division."

(Hadith rapporté par Al-Bukhârî n°3038, 4341/4342, 4344/4345, 6124 et 7172 ; rapporté également par Mouslim n°1733)


Lorsque l'Envoyé de Dieu (sws) envoyait un de ses Compagnons régler une affaire, il lui disait : "Annoncez la bonne nouvelle, n'inspirez pas de l'antipathie ; facilitez et n'entravez pas."

(Hadith rapporté par Al-Bukhârî n°69 ; rapporté également par Mouslim n°1732 et par Abû Dawoud n°4835)


On rapporte rapporte que le Prophète (sws) a dit : "Allez au nom de Dieu, par Dieu, et selon la religion de l'Envoyé de Dieu ! Ne tuez ni les vieillards ni les enfants ni les femmes. Ne prélevez pas une part du butin, mais rassemblez-le, Améliorez, agissez avec bonté: Dieu aime ceux qui agissent avec bonté."

(Hadith rapporté par Abû Dawoud n°2614)


De même que les Califes qui ont succédé au Prophète (sws) ont adopté les mêmes recommandations. Leur présence près du Prophète (sws) a largement influencé leurs actions en tant que Calife des musulmans. A ce titre, on peut clairement voir l'influence des enseignements du Messager de Dieu (sws) sur son premier successeur Abû Bakr As-Siddîq.

En effet, l'Imâm Mâlik rapporte dans son "al-Muwatta" que lorsqu'Abû Bakr As-Siddîq fut investit du Califat, il donna à Yahya Ibn Sa'îd 10 prescriptions lorsqu'il l'envoya en Syrie, lesquelles étaient : "De ne tuer ni femme, ni enfant, ni vieillard, de ne pas couper un arbre fruitier, ni détruire ce qui est construit, de n'égorger ni mouton ni chameau, sauf s'ils sont à manger ; de ne pas mettre au feu les abeilles et ne pas les disperser ; ne fraude pas et ne sois pas lâche."

(Hadith rapporté par l'Imâm Mâlik dans son Muwatta dans le livre du jihad, chapitre sur l'interdiction de tuer les femmes et les enfants au cours des expéditions, hadith n°982)


Qui pourra dire le contraire de ce que nous avançons comme preuve ? Hormis la conjecture et l'extrapolation par l'imagination, aucune preuve ne vient appuyer les versions que rapportent les livres de Chroniques ou de biographies du Prophète (saws). Nous voyons bien que la version authentique de Mouslim, dans laquelle Oum Qirfa ne subit rien, est totalement en concordance avec les enseignements du prophète (sws) rapportés dans les traditions authentiques et que les autres versions sont bonnes à finir dans les poubelles de l'histoire. Il est donc préférable que les attaques contre le Prophète (saws) soient véridiques et non basées sur le mensonge.



3         Analyse des ahadith où le nom d'Oum Qirfa apparait explicitement


Nous allons voir ici, tous les récits qui mentionnent le nom d'Oum Qirfa dans les recueils de ahadiths. Encore une fois, ce n'est pas fameux pour nos amis les islamophobes.



Son nom est explicitement cité dans plusieurs ouvrages que voici :

[1] Ach-Châfi'î, Al-Sunan Al-Kubra Lil-Bayhâqî, 8/204 : Degré d’authenticité : "Faible"

[2] Al-Bayhâqî, Al-Sunan Al-kubra, 8/204 : Degré d’authenticité : "[le hadith est] Faible et discontinu" ; il a été rapporté par Wajhayn Mursalayn"

[3] Adh-Dhahabî, Mîzan Al-I'tidâl, 4/406 : Degré d’authenticité : "[le hadith est] "Munkar" (Réprouvé)"

[4] Ibn Rajab, Jâmi' al-'ouloum wal-hukm, 1/387 : Degré d’authenticité : "les chaînes de transmission de cette histoires sont discontinues"

[5] Al-Safarînî Al-Hanbalî, Sharh Thalâthînât Al-Mousnad, 1/834 : Degré d’authenticité : "les chaînes de transmission de cette histoires sont discontinues"

[6] Al-Safarînî Al-Hanbalî, Sharh Thalâthînât Al-Mousnad, 1/835 : Degré d’authenticité : "[le hadith est] "Munkar" (Réprouvé)"

[7] Al-Zayla'î, Nasb Al-Ray, 3/459 : Degré d’authenticité : "Il est dit que Sa'id n'a pas connu Abou Bakr et il (le Hadith) est donc discontinu"

Source : DORAR.NET


Comme nous pouvons le voir, tous les ahadiths mentionnant explicitement "Oum Qirfa" sont tous faibles ou pire encore et n'ont aucune valeur. C'est dire à quel point les détracteurs du Prophète (saws) se basent sur du vent.


4         Conclusion

 

Pour conclure sur cette mort, retenons les points suivants :

- Il existe 2 versions différentes de cette histoire (celle des livres biographiques et historiques ainsi que celle du Sahih de Muslim) dont l'une est authentique et les autres non.

- Dans les 2 cas, le Prophète (saws) est innocent de ce qui arriva à Oum Qirfa puisqu'il n'ordonna aucunement ce meurtre. Selon la version de Muslim, Oum Qirfa n'est pas morte tuée, il n'y a aucune information à ce sujet.

- La façon dont elle mourut selon la version authentique n'est pas spécifiée et ce n'est certainement pas la version douteuse qui apportera la solution.

- La fille de Oum Qirfa ne fut point violée ni même touchée et le Prophète (saws) la remise en liberté contre des prisonniers musulmans sans lui faire le moindre mal selon la version authentique de Muslim.

- Tout ce qui sort du cadre des textes présentés ici, n'est qu'imagination fautive et recherche d'attaque personnelle contre le Prophète de l'Islam (saws) et les musulmans en général.

- Tous les ahadiths qui comportent le nom "Oum Qirfa" sont faibles ou pire.


Argument principal à retenir: La version authentique ne parle pas du meurtre d'Oum Qirfa, elle resta captive un point c'est tout.


Notre analyse s'arrête ici.

Fin de citation.

Et Dieu Sait mieux ce qu'il en est - Allahou A’lam !


Comments