Muhammad(saws) a fabriqué l'Islam par soin de gains et de richesses ?

Au Nom de Dieu, Clément et Miséricordieux
« …Et que la paix soit sur quiconque suit le droit chemin ! »
Saint-Coran, Sourate 20 Verset 47


Muhammad, saws, a fabriqué l’Islam par soif de gains et de richesses ?




Certains polémistes anti-Islam essayent parfois de faire croire que le Prophète Muhammad, s.a.w.s, s'était enrichi en s'autoproclamant Prophète et vivait dans la luxure, en contradiction avec des versets du Coran indiquant qu'un Prophète ne doit pas mener ce type de vie (voir, Coran 6/90, 12/104 etc.…). Muhammad, saws, aurait vu en cette entreprise (apostolat) un bon moyen de s'enrichir notamment par le biais de conquêtes et de pillages.

Tout d'abord, pour la question des guerres et des pillages, il faut savoir que les musulmans ont été contraints de guerroyer simultanément pour survivre et propager leur religion en Arabie. Par exemple, au début de l'an 4, à Bi'r Ma'ûna, soixante-dix Compagnons du Prophète se font massacrer alors qu'ils avaient été envoyés dans une région pour, à la demande de l'un des chefs de celle-ci, y enseigner l'islam (Fat'h ul-bârî, 7/474-475) : cet événement, parmi tant d'autres, illustre bien l'immense difficulté que le Prophète Muhammad, saws, connut en cherchant à développer pacifiquement l'islam dans la Péninsule arabique, et la nécessite qu'il y eut très tôt de mener des actions militaires. Les pillages vont de pairs avec la guerre, il est logique d'affaiblir votre ennemi, en le dépossédant de ces biens quand vous en avez la possibilité. Si vous ne comprenez pas cela, vous êtes un bien piètre stratège militaire.

Pour en revenir, à l'accusation portée contre Muhammad, saws, et aux insanités nauséabondes qui ont été émises par le tandem Shamoun/Katz selon lesquelles il a vu en la diffusion de l'Islam un bon moyen de s'enrichir, l'un des arguments qui est présenté est le fait que le Prophète Muhammad, s.a.w.s disposait de plusieurs maisons.

Coran, 33.53
Ô vous qui croyez ! N'entrez pas dans les demeures du Prophète, à moins qu'invitation ne vous soit faite à un repas, sans être là à attendre sa cuisson.

Toutefois, le fait que l'on dispose de plusieurs maisons n'implique pas nécessairement que ces mêmes maisons soient luxueuses.

À proximité, des chambres réservées à la famille du Prophète ont été construites à base de pierres et de briques en pisé avec un plafond de feuilles de palmier.
[Bukhari 1/71, 555,560; Za'd Al-Ma'ad 2/56] Source: http://www.witness-pioneer.org/vil/Books/SM_tsn/ch4s2.html


'Umar Ibn Al-Khâttab raconte une anecdote intéressante:

(….) J'entrai chez l'Envoyé de Dieu et le trouvai étendu sur une natte. Je m'assis et lui de se couvrir de son pagne qu'il portait seulement. Je vis alors les traces de la natte dessinées sur son flanc. Je regardai dans la chambre de l'Envoyé de Dieu et ne trouvai qu'une poignée d'orge et une autre d'acacia blond (servant au tannage), ainsi qu'une peau suspendue qui n'a pas encore été tannée. A cette scène, je ne puis pas retenir mes larmes. "Pourquoi pleures-tu, ô Ibn Al-Khattâb ?", demanda le Prophète. Je répondis : "Ô Prophète de Dieu ! Et comment ne pas pleurer en voyant les traces qu'a laissée la natte sur ton flanc et ce belvédère qui ne contient presque rien. Comment ne pas pleurer en comparant ta situation - toi l'Envoyé de Dieu et Son élite, dans ta petite chambre - à celle de César ou Chosroes qui jouissent des fruits et des ruisseaux ?" "Ô Ibn Al-Khattâb, répliqua le Prophète, ne consens-tu pas que nous aurons la vie future et qu'ils ont ce bas monde ?" "Si," dis-je (….)
(rapporté par Muslim, n° 2704)


L'on ne vivait pas dans la surabondance au sein de la maisonnée du Prophète :


D'après Abou Hourayra (que Dieu l'agrée), un homme vint trouver l'Envoyé de Dieu (paix et bénédiction de Dieu sur lui) et lui dit : "J'ai très faim".
Le Prophète envoya (demander) à l'une de ses femmes de quoi lui donner à manger, elle lui répondit : "Par Celui qui t'a envoyé par la Vérité, nous n'avons absolument rien sinon de l'eau".
Comme il envoya (demander) à une autre, il reçut toujours la même réponse : "Je n'ai que l'eau".
Il reçut cette même réponse de toutes ses femmes. Puis, le Prophète s'adressa aux fidèles : "Celui qui accordera l'hospitalité à cet homme cette nuit, Dieu lui fera miséricorde".
Un homme des 'Ansâr se leva alors et dit : "Moi, Envoyé de Dieu". Puis il emmena l'homme dans sa demeure et dit à sa femme : "As-tu quelque chose à manger?"
Elle lui répondit : "Nous n'avons rien autre que le souper de nos enfants".
Il lui dit alors: "Occupe-les par un moyen quelconque, et quand notre hôte entrera, éteints la lumière et fais-le croire que nous mangeons et lorsqu'il commencera à manger éteints la lampe".
Cet homme des 'Ansâr s'assit avec sa femme et l'hôte prit son repas. Le lendemain matin, quand l'homme des 'Ansâr alla trouver le Prophète (paix et bénédiction de Dieu sur lui), celui-ci lui dit : "Dieu a admiré la façon dont vous avez traité votre hôte cette nuit".
(Sahîh Muslim, n° 3829)


Ainsi, nous constatons ici que Muhammad (que la paix soit sur lui) n'a certainement pas vécu dans un palais ni dans des maisons très luxueuses.
D'autres soutiennent que le Prophète (que la paix soit sur lui) s'est enrichi par le biais de conquêtes et ils mettent en avant le récit suivant, narré par Abû Hourayra:


Quand on amenait un mort endetté à l'Envoyé d'Allah (psl), il demandait : "A-t-il laissé quelque chose pour l'acquittement de ses dettes ?" Si le mort n'avait rien laissé pour payer ses dettes, il faisait la prière funéraire sur lui, sinon, il dit à ses Compagnons : "Faites vous-mêmes la prière funéraire pour votre compagnon". Après qu'Allah ait enrichi le prophète par ses conquêtes, l'Envoyé d'Allah (psl) dit: "J'ai plus de droit sur les Croyants qu'ils n'en ont sur eux-mêmes. Celui qui meurt (indigent) en laissant une dette, je me chargerai de son acquittement. Celui qui laisse des biens (à sa mort), ils iront à ses successeurs".
(Sahih al-Bukhari, Volume 3, Book 37, Number 495)


Ils affirment également que le Coran dit que le Prophète recevrait un cinquième du butin de guerre et citent des versets du Coran, tels que Sourate 8, versets 1 et 41. Toutefois, il est évident que le Prophète (que la paix soit sur lui) n'a pas gardé cet argent pour vivre luxueusement. Il l'utilisait plutôt pour nourrir les siens et faire la charité.

Un exemple simple : Voir la traduction en anglais par Mushin Khan du Sahih Bukhari, Volume 4, Livre du cinquième de butin dans la cause d'Allah, Hadith numéro 326, où 'Umar Ibn Al-Khâttab dit:


"Alors, cette propriété a été spécialement donnée à l'apôtre d'Allah, mais, par Allah, il n'a ni pris possession d'elle mais vous l'a laissé, il n'est s'est pas non plus favorisé en vous excluant d'elle mais il en fit don à vous tous et l'a distribué parmi vous jusqu'à ce qu'elle soit épuisée. Le Messager d'Allâh avait l'habitude d'effectuer les dépenses de sa famille sans toucher à cette propriété et gardait le reste (surplus) de ses revenus pour qu'il soit dépensé dans la cause d'Allah. L'apôtre d'Allâh ne cessa de faire cela durant toute sa vie.


En outre, lui (saws) qui avait institué la zâkât, en avait exclu sa personne, sa famille – les Banû Hâshim – et sa descendance jusqu'à la fin des temps de la liste de ceux qui pouvaient en bénéficier. De manière générale, le mode de vie ascétique de Muhammad, saws, est un truisme. Il existe beaucoup de preuves à cet égard.

Après le début de sa mission comme prophète, et à cause de cette mission, sa situation matérielle se détériora. Pour illustrer ce point, voici quelques hadiths sur son mode de vie:


A'isha, la femme de Mohammed, a dit: "Ô mon neveu, il nous arrivait de voir passer trois nouvelles lunes en deux mois sans que nous ayons allumé un feu (pour cuisiner) dans la maison du Prophète." Son neveu demanda: "Ô ma tante, de quoi vous nourrissiez-vous?" Elle dit: "Les deux choses noires, les dattes et l'eau, mais le Prophète avait des voisins Ansar qui possédaient des chamelles qui allaitaient, et ils envoyaient un peu de leur lait au Prophète." 1


Sahl Ibn Sa'ad, un des compagnons de Mohammed, a dit: "Le prophète de Dieu n'a pas vu de pain fait de farine raffinée du moment où Dieu lui a confié la mission de prophète jusqu'à sa mort." 2


A'isha, la femme de Mohammed, a dit: "Le matelas du Prophète, sur lequel il dormait, était fait de cuir rembourré avec des fibres de palmier." 3


Amr Ibn Al-Hareth, un des compagnons de Mohammed, a dit que lorsque le Prophète est mort, il n'a laissé ni argent ni quoi que ce soit d'autre à part sa mule blanche qu'il montait, ses armes, et une parcelle de terre qu'il laissa en charité. 4


Mohammed a vécu cette vie difficile jusqu'à sa mort en dépit du fait que la trésorerie musulmane était à sa disposition, que la plus grande partie de la Péninsule arabe était musulmane avant sa mort, et que les musulmans étaient victorieux après dix-huit ans de sa mission.

Est-il possible que Mohammed ait pu prétendre être prophète dans le but d'acquérir du prestige, de l'importance et du pouvoir? Le désir de jouir du prestige et du pouvoir est habituellement associé à la bonne chère, aux beaux habits, aux palais monumentaux, aux gardes pittoresques, et à une autorité incontestable. Est-ce que l'une ou l'autre de ces choses s'applique à Mohammed? Voici un aperçu de sa vie qui peut nous aider à répondre à cette question.

Malgré ses responsabilités en tant que prophète, enseignant, homme d'État et juge, Mohammed trayait sa chèvre,5 raccommodait ses vêtements, réparait ses souliers,6 participait aux tâches ménagères,7 et visitait les pauvres lorsqu'ils étaient malades.8 Il aida aussi ses compagnons à creuser une tranchée en retirant le sable avec eux.9 Sa vie était un modèle étonnant de simplicité et d'humilité.

(1) Rapporté dans Sahih Mouslim, #2972, et Sahih Al-Boukhari, #2567.
(2) Rapporté dans Sahih Al-Boukhari, #5413, et Al-Tirmizi, #2364.
(3) Rapporté dans Sahih Mouslim, #2082, et Sahih Al-Boukhari, #6456.
(4) Rapporté dans Sahih Al-Boukhari, #2739, et Mosnad Ahmad, #17990.
(5) Rapporté dans Mosnad Ahmad, #25662.
(6) Rapporté dans Sahih Al-Boukhari, #676, et Mosnad Ahmad, #25517.
(7) Rapporté dans Sahih Al-Boukhari, #676, et Mosnad Ahmad, #23706.
(8) Rapporté dans Mowatta’ Malek, #531.
(9) Rapporté dans Sahih Al-Boukhari, #3034, Sahih Mouslim, #1803, et Mosnad Ahmad, #18017.

Source : http://www.islam-guide.com/fr/frm-ch1-6.htm

Maintenant, certains peuvent arguer que le Prophète (que la paix soit sur lui) l'a utilisé ("la fabrication de l'islam") comme un moyen de gagner sa vie et de prendre soin de sa famille. Toutefois, cela ne semble pas être très convaincant. Etait-il impossible pour Muhammad (que la paix soit sur lui) de trouver un moyen plus aisé pour gagner sa vie? Pourquoi a-t-il subie des années de persécution à La Mecque et subit une humiliation permanente, la ruine de sa réputation, de ses proches, du commerce de sa femme Khadîdja, juste à cette fin?

En réalité, le Prophète (que la paix soit sur lui) connaissait déjà une situation aisée avant d'assumer son apostolat divin du fait de son alliance avec Khadîdja bint Khuwaylid, r.a.a, dont il était l'employé. Ainsi, quelle était pour lui la nécessité de fabriquer une religion dans le but de s'enrichir? Réponse : aucune

Si le prophète(saws) voulait s'enrichir, une grosse occasion s'est pourtant présentée devant lui. C'était lorsqu'il prêchait à la Mecque, ce seul fait suffit à lui seul pour détruire cette accusation. Voici le récit de cette anecdote :

Quraych délégua 'Utba Ibn rabi'a qui dit dit au Prophète(saws) :
«Ô fils de mon frère ! Tu sais bien la parenté nous lie ; mais tu présentes à ton peuple une cause dangereuse qui a disloqué son unité. Je vais te faire quelques offres, peut-être choisiras-tu celle qui te convient :
Si c'est de l'argent que tu veux, nous t'en donnerons assez pour que tu sois le plus riche de nous tous ;
Si c'est le prestige, nous ferons de toi notre Seigneur obéi ;
Si c'est le règne, nous te proclamerons roi ;
Si ce sont des visions que tu n'arrives pas à conjurer, nous chercherons un médecin et nous dépenserons le nécessaire pour que tu guérisses.»

Aussitôt que 'Utba eut fini ses propositions, le Prophète(saws) lui récita le début de la Sourate "Les versets détaillés". [...]
Le Prophète(saws) a choisi ces versets de la prodigieuse Révélation pour faire comprendre à son interlocuteur la vérité du Message et du Messager. Muhammad(saws) transmet un Livre du Créateur à Ses créatures afin de les guider et de les sauver de la ruine où mène leur égarement. Il est, avant quiconque chargé d'y croire, de s'y conformer et d'obéir à ses principes. Si Dieu recommande à ses serviteurs d'être probes et de demander pardon, Muhammad(saws) est le plus attaché à ce pardon et à cette probité ; il ne veut ni pouvoir, ni fortune, ni prestige. Il avait grâce à Dieu, tous ces atouts à sa portée ; mais sachant se surpasser, il n'y a pas du tout aspiré. Il a même été prodigue de tous les biens dont l'a doté la providence ; il a dépensé en de temps une fortune colossale, renonçant à la vie et ne laissant pas un dirham pour sa progéniture.
'Utba voulait, au nom de Quraych, que Muhammad(saws) renonçât à son Appel à Dieu et à la justice entre les hommes. Mais qu'adviendrait-il de la vie si un rocher se détachait de la terre et montait au ciel pour entraver la trajectoire des astres ou voiler les rayons solaires privant l'existence de lumière et de chaleur ?
Comme cette offre est insolite ! Et comme celui à qui elle fut faite est digne de fermeté inébranlable ! Ces versets coraniques ont excité la léthargie de l'esprit de 'Utba. La menace du châtiment grondait à réveiller ses sentiments endormis :
«S'ils se détournent de ton message, dis-leur : Je vous avertis du péril imminent : une foudre comme celle qui a frappé 'Âd et Thamûd.» (41:13)
'Utba se leva, la main sur le front, comme si la foudre allait s'abattre sur lui, et s'en alla voir les notables de Quraych à qui il proposa de laisser Muhammad(saws) tranquille.
Source : Muhammad Al Ghazali, Fiqh As Sira, édition Maison d'ENNOUR, p.82/83

Question très simple : Le prophète(saws) était à la Mecque et les siens se faisaient persécuter. N'aurait-il pas été plus aisé pour lui d'accepter la proposition de Quraych de le faire Roi, Riche, ou Seigneur obéi s'il le voulait ? S'il voulait vraiment s'enrichir pourquoi a-t-il refusé cette proposition ? Ce seul fait suffit à détruire la fausse information selon laquelle il a bâtit l'Islam pour sa richesse personnelle. Le fait qu'il refuse une proposition de ce type, suffit à prouver les bonnes intentions de sa lutte acharnée : à savoir la restitution du dogme à Dieu l'Unique, qui n'engendre pas, n'a pas été engendré.

D'ailleurs le Prophète, saws, loin d'être vénal, répondit ainsi aux propositions que le leaders Qurayshites avaient transmis à Abû Talîb, tentant de le soudoyer :


"Même s'ils mettaient le soleil dans ma main droite et la lune dans ma main gauche afin que je cesse cette [transmission du message], je ne le ferai pas, jusqu'à ce que Dieu fasse réussir celle-ci ou que je meure avant"
(Ibn Hisham, As-Sirah un-Nabawiyyah, tome 1, page 265)


Ainsi, il est clair que l'enrichissement n'était pas la finalité de la prédication de Muhammad sans quoi il aurait accepté tout les honneurs et les richesses que ses ennemis païens avaient bien voulu lui concéder dans l'espoir de le faire taire.  Certains se réfèrent aussi à ce verset coranique et arguent que le Coran témoigne de l'enrichissement de Muhammad, saws:

Sourate 93:8
Ne t'a-t-il pas trouvé pauvre ? Alors Il t'a enrichi

Mais il est évident, cela ne se discute même pas, que cette Sourate est Mecquoise et que ceci est une référence à sa situation matrimoniale avec Khadîdja.


(Ne t'a t'il pas trouvé) O Muhammad (démuni) pauvre (et t'a enrichi) avec la richesse de Khadijah"
(Tanwîr al-Miqbâs min Tafsîr Ibn Abbâs, Commentaire de la Sourate 93:8, Source)


Le Prophète (que la paix soit sur lui) a épousé Khadîdja qui était une riche femme. Toutefois, il l'épousa bien avant de devenir un prophète. Donc, cet argument réfute l'idée qu'il ait utilisé l'islam dans le but d'acquérir des richesses. Gageons au passage qu'il se pourrait aussi qu'il s'agisse d'une richesse spirituelle.

Et Ibn Atta' a dit: Et il t'a trouvé pauvre en esprit, donc Il a enrichi ton cœur.
(Abû 'Abdullah Al-Qurtubi, Tasfir al Jami' li-ahkam al-Qur'an, Commentaire de la Sourate 93:8, Source)


En outre, le Prophète (que la paix soit sur lui) aurait pu facilement voler les biens des Kuffâr de La Mecque, qu'il avait en sa possession (puisque l'une de ses fonctions était celle de gardien des dépôts et marchandises des gens), durant la migration vers Médine. Au contraire, il a veillé à ce que leurs biens soient pleinement rendus en dépit du mauvais traitement qu'ils lui infligèrent. (Ceci dénote au passage la confiance des Kuffar à son encontre) :


Al-Bayhaqî rapporte dans « As-Sunan Al-Kubrâ » (vol.6 p.289), relatant l'épisode de l'émigration du Prophète (salallahu' alayhi wasalam), d'après 'Abd Ar-Rahmân ibn 'Uwaym ibn Sac) de ma tribu m'ont fait leeidah :
« Les compagnons du Prophète (récit suivant : … » Il relata ensuite l'épisode de l'émigration du Prophète (salallahu' alayhi wasalam) où il est dit : « Le Prophète (salallahu' alayhi wasalam) émigra alors, et 'Alî ibn Abî Tâlib resta trois jours et trois nuits [à la Mecque] pour restituer les dépôts que les gens avaient confiés au Prophète (salallahu' alayhi wasalam). Lorsqu'il les restitua tous, il rejoignit le Prophète (salallahu' alayhi wasalam) [à Médine]. »
Al-Albânî considère ce hadith comme hasan dans Al-Irwâ' (n°1546).


Le Prophète (salallahu' alayhi wasalam) se comportait ainsi avec des mécréants. Ces mêmes mécréants l'ont pourtant expulsé de sa ville natale, la meilleure des villes. Ils l'ont persécuté comme jamais un prophète n'a été persécuté par son peuple, alors qu'il est le meilleur des prophètes. Il a quitté la Mecque alors que ses habitants cherchaient à l'emprisonner, le tuer ou l'expulser de sa ville. Allah dit :

« (Et rappelle-toi) le moment où les mécréants complotaient contre toi pour t'emprisonner, t'assassiner ou te bannir. Ils complotèrent, mais Allah a fait échouer leur complot, et Allah est le meilleur en stratagèmes. »
(Al-Anfâl v.30)

Cependant, il n'a jamais traversé l'esprit du Prophète (salallahu' alayhi wasalam) de les priver des dépôts qu'ils lui avaient confiés. Il ne s'est pas dit non plus : « J'en garde une partie comme provision pour le voyage. Après tout, c'est à cause d'eux que j'ai dû quitter ma ville natale. », bien qu'il avait grand besoin d'argent, car il a été expulsé de la Cité sûre [la Mecque] sans avoir de quoi voyager. Et si ce n'avait été les dépenses faites par Abû Bakr, le Prophète (salallahu' alayhi wasalam) n'aurait pas trouvé de monture pour voyager, ni de quoi transporter ses affaires.
Source : http://www.salafs.com/modules/news/article.php?storyid=10129

En conclusion, l'argument voulant que l'argent aurait pu être un motif pour que le Prophète Muhammad (que la paix soit sur lui) entreprenne de "fabriquer" l'Islam s'avère être peu convaincant pour ne pas dire grotesque. Il a toujours mené une vie d'ascète et le seul fait que la guerre ait enrichi le Prophète (que la paix soit sur lui) ne signifie pas qu'il en a profité pour lui-même. Au contraire, il l'a utilisé pour le bénéfice de la société (par exemple, aider les orphelins).


Texte de Moussa Youssouf + modifications personnelles
Source originelle : ISLAMPAIX


Comments